Duché de Montmirail

Forum politique et rpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le mariage pour tous:avancée du projet de loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mer 19 Déc - 19:00

Eurynome a écrit:
Ben, il ne peut pas se marier.
Il vit une histoire d'amour, vit sûrement en couple... mais le droit actuel ne lui permet pas de se marier, bien qu'il vive les mêmes instants qu'un couple hétéro.
Citation :
J'ai envie d'être l'égal de mes amis hétérosexuels. Est-ce trop
demander à la France, patrie des droits de l'homme... hétérosexuel et
homosexuel ?

Mais le mariage sert à donner une existence légale aux gosses et non à annoncer à toute la société que deux individus baisent ensemble.

Lorsqu'entre 1685 et 1787, les protestants n'ont plus eu droit à l'état-civil en France (sauf à être mariés et baptisés par des prêtres catholiques), ils sont devenus des couples adultères engendrant des bâtards. Il y avait donc inégalité.

Aujourd'hui, une naissance hors-mariage n'a plus aucun effet légal.
Et donc les enfants de concubins sont égaux à ceux des mariés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mer 19 Déc - 20:33

Citation :
Mais le mariage sert à donner une existence légale aux gosses et non à annoncer à toute la société que deux individus baisent ensemble.
Donc le mariage n'a aucune forme de valeur pour les couples stériles ou trop vieux?
"Donner une existence légale aux gosses" mais c'est justement l'un des argument en faveur du mariage pour tous.
Citation :
Aujourd'hui, une naissance hors-mariage n'a plus aucun effet légal.
Et donc les enfants de concubins sont égaux à ceux des mariés.
Oui, mais pas les parents.
Citation :

Et depuis quand est apparue cette idée ? Depuis que les assoces homos cherchent du grain à moudre après avoir obtenu le pacs.
Faux, c'est depuis que les homos ont constaté que le Pacs était limité.
Citation :
Et après le mariage, il faudra l’adoption avec des quotas pour les homos.
"Des quotas", d'où vous tenez cette idée?!
Citation :
Mais si la première épouse donne son accord écrit, où est le problème ?
Accord écrit ou pas, il y a inégalité de statut entre l'épouse et le mari. Ça contredit le principe républicain (l'égalité).
Citation :

Ce qui compte, c’est que l’on peut dire que la moitié des Français ont encore un lien avec l’Eglise catholique.
Mais un lien qui ne signifie plus grand chose, puisque peu d'entre eux ont conscience de ce lien.
Citation :
Mais on ne peut pas dire que les assoces homos représentent tous les homos.
Certes mais ça ne les empêchent pas de porter une revendication, non pas au nom de tous les homosexuels mais en tant qu'homosexuels. Que je sache, on n'a pas refusé les avancées en matière d'égalité hommes-femmes sous prétextes que toute la population féminine ne se reconnaissaient pas forcément parmi les mouvements féministes.
Citation :
Soit le père est connu, soit il est inconnu.
Cela existe depuis belle lurette dans l’état-civil.
Donc ça exclue toujours l'un des parents, bien que celui-ci soit disposé à participer à l'élèvation de l'enfant, non?
Citation :
Et donc les homos ont été opprimés en France ces deux derniers siècles ?
Quel rapport ça a avec "Toute décomposition est lente?" Smile (oui, ma réponse avait un petit coté provocant)
Citation :
Mais deux homos ne peuvent fonder une famille ! Quelle est cette ânerie ?
On en revient donc à cette question: un couple élevant un enfant forme t'il une famille?
Citation :
Vous êtes en train de dire que les adoptants homos vont chercher des enfants dans des pays où la natalité ne permet même pas le remplacement de générations !
Nope, je dis juste que plusieurs pays ont légalisé le mariage pour tous et qu'aucun ne semble avoir eu de problème lors de l'adoption d'enfants, y compris dans les pays extérieurs à l'Europe. Si le moindre problème de ce genre était apparu, il n'aurait pas tardé à faire surface.
Citation :
Vous croyez que les orphelinats sont pleins en Europe occidentale ?
Pleins, non, mais pas vides.
Citation :
Je ne pense pas que Joseph ait eu des maîtresses en sus de sa trentaine d’épouses.
Joseph?
Citation :
Il faudrait savoir : je croyais que les homos voulaient faire comme les hétéros.
Ils veulent l'égalité avec les hétéros, nuance.
Citation :
S’il n’existe pas, d’où vient cette idée farfelue de Hollande ?
Peut être le fait qu'il y a réellement un problème et qu'il faut y remédier, tout simplement?
C'est sûr que ce problème a été porté aux oreilles des politiques par des groupes mais je ne vois pas trace d'une éventuel société secrète menaçant les élus comme semblait nous le décrire Christian Vanneste.
Citation :
Et donc il faudrait encourager une évolution négative ?
J'ai beau chercher, je ne vois toujours pas en quoi c'est une évolution négative...
Citation :
Il lui manquera toujours d’être du sang de ses parents adoptifs, c’est indéniable.
Certes, mais beaucoup d'enfants grandissent sans connaître un voire leurs deux parents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Lun 14 Jan - 17:33

http://profsetmariagegay.overblog.com/temoignage-enseignement-et-famille-homoparentale

L’adoption homosexuelle : un épanouissement pour les enfants ?

Devant le projet de loi sur l’adoption par des homosexuels, qui fait la une de l’actualité, je ne peux rester muette et je voudrais vous témoigner de mon expérience :

Je suis actuellement professeur au collège et j’ai eu l’occasion de m’occuper de deux garçons de cinquième, élevés tous deux par un couple de femmes. Mon but est de montrer à quel point ces enfants étaient en souffrance dans leurs relations sociales.

Le premier dont je me suis occupée, était un élève très agité et qui perturbait la plupart des cours. Le conseil pédagogique avait mis en place un tutorat, dont il m’avait chargée, afin de recevoir chaque semaine cet élève et de l’aider à respecter un « contrat » mis en place. Malheureusement, il ne se rendit que très rarement à ces rendez-vous et il garda son attitude fermée toute l’année. Même la présence d’une inspectrice et de la principale au fond de la classe ne changea rien à son attitude agitée en classe. Nous fîmes rapidement le tour de la question avec les collègues et l’inspectrice : l’adolescent perturbait tous les cours des femmes et il se tenait bien avec les collègues hommes.

Cet enfant, élevé par deux femmes rejetait toute autorité féminine. Le soir, la compagne de sa mère, venait le chercher au collège, mais cela faisait mal de voir cet adolescent, blotti contre la portière de la voiture, pour approcher le moins possible cette femme qui tentait de prendre la place d’un père.

Le deuxième cas que je voudrais évoquer, concerne un élève dont je suis professeur principale. Dès son arrivée dans la classe, je me suis aperçue de la souffrance de cet enfant, même si je ne parvenais pas à l’expliquer.

Le premier jour de cours, dès son entrée en classe, il a commencé par insulter une fille qu’il ne connaissait pas. Puis au fur et à mesure, les plaintes d’autres filles de la classe, qui se faisaient insulter sans raison me parvinrent. Plongé dans la lecture de livres toute la journée, cet adolescent discret ne semblait lever la tête que pour répondre avec insolence aux professeurs et insulter les filles. Au bout de quelques semaines, il était clairement rejeté par toute la classe et il s’était fait beaucoup d’ennemies.

C’est alors que je décidai d’aller voir la situation familiale de ce garçon, et je m’aperçus qu’il avait été élevé par deux femmes et qu’il était arrivé ici car il avait été retiré en urgence à sa famille. La femme qui s’occupait de lui après son retrait de sa famille, me précisa que cet adolescent avait eu beaucoup de mal à lui faire confiance, qu’il l’avait mis à l’épreuve pendant plusieurs mois et que maintenant qu’il avait vu qu’il pouvait avoir confiance en elle, leur rapport s’était amélioré.

J.P.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Lun 14 Jan - 19:28

Les homosexuels n'ont jamais affirmé être des parents parfaits, ils affirment être juste des parents ordinaires.
Des fortes têtes et des cas sociaux, il y en a aussi dans les familles hétéros.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Lun 14 Jan - 22:18

Il ne s'agit pas du point de vue du parent mais de l'identification de l'enfant au parent de son sexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mar 15 Jan - 18:31

« Père et mère », code civil, référendum… les contre-vérités sur le mariage homosexuel




La manifestation contre le projet de loi ouvrant droit au mariage
entre personnes de même sexe a réuni dimanche 13 janvier entre 350 000
et 800 000 personnes dans les rues de Paris. Un succès de mobilisation
pour ses organisateurs. Mais parmi les pancartes brandies par les
manifestants, comme parmi les prises de position de ses représentants,
nombre de slogans et d'arguments sont factuellement discutables, voire
faux. Petit résumé de ces intox.

1/ Les mots de "père et mère" ne vont pas disparaître du code civil

Ce qu'on entend : "Nous allons lutter sur les
conséquences du texte, dont la disparition du terme de "père" et de
"mère" dans la plupart des articles du code civil."
(Hervé Mariton, député UMP de la Drôme, interview au Monde).



Ce qu'il en est : C’est l’argument massue des
anti-mariage, et l’un des plus entendus dans les cortèges, où il
figurait sur nombre de pancartes. Il est pourtant faux.

Le projet de loi (qu'on peut consulter ici)
prévoit effectivement de modifier le code civil afin de prendre en
compte les cas de familles homoparentales. Dans un premier temps, le
projet envisageait de substituer le terme de "parents" à celui de "père
et mère" lorsque c’était nécessaire. Comme le précise l'exposé des
motifs,

Lorsque cela s’avère nécessaire, les
mots « père et mère » sont remplacés par le mot « parents » et les mots
« mari et femme » par le mot « époux ». Ces substitutions concernent
uniquement les articles qui s’appliquent à tous les couples. Dans tous
les autres cas, les articles ne sont pas modifiés : tel est le cas dans
l’ensemble des dispositions concernant la filiation établie par le seul
effet de la loi.


Mais, comme le relatait La Croix en décembre,
la possibilité de supprimer ces deux termes a ému des juristes, qui ont
évoqué la possible confusion entre "parents" au sens de "père et mère"
et celui, plus large, "d’ascendant", et ses conséquences juridiques
éventuelles.

Dans un entretien au Monde le 23 novembre, la garde des Sceaux Christiane Taubira avait pourtant expliqué que les mots "père" et "mère allaient être
"maintenus dans le code civil partout où c'était possible. On n'abolit
pas le mariage hétérosexuel ! Les livrets de famille ne changeront pas
pour les couples hétérosexuels, qui resteront père et mère. Les couples
homosexuels pourront être "parent"."


La majorité envisage désormais un article "balai" qui préciserait
qu’il faut interpréter les mots "père et mère" en fonction du type de
famille et les assimiler à "parents" en cas de famille homoparentale.

Et la garde des sceaux Christine Taubira l’a redit, dimanche 13 janvier sur TF1 : "Le code civil ne bouge pas sur la filiation." Et de préciser :
"Rien ne change pour les couples hétérosexuels, ni dans le code civil
ni dans les actes du code civil. Seul l'article (…) concernant
l'adoption, et qui inclut déjà la notion de parent, sera modifié."


Reste un point encore flou : l’adaptation dans le livret de famille.
Tant que la loi n’est pas votée, ces modifications ne sont pas encore
envisagées. Plusieurs pistes ont été évoquées, notamment la mise en
place de plusieurs livrets en fonction du type de famille.

2/ Rien ne permet de dire que le fameux "parent A/parent B" remplacera les termes de "père" et "mère"

Ce qu'on peut lire : "On n'est pas des parents A, on n'est pas des parents B" (pancarte dans la manif).


Moins présent ces derniers temps, cet argument affirmant qu’à la
place de "père et mère", le code civil et le livret de famille
évoqueraient après la loi "parents A et B" ou "1 et 2" fit pourtant
florès tout l’automne 2012. Et il se retrouve encore sur les pancartes
de la manifestation de dimanche.

Là encore, comme nous l'avions expliqué en novembre,
l'argument n'a aucune réalité s'agissant de la loi. Il vient d'une
militante anti-mariage homosexuel, Béatrice Bourges, représentante du
Collectif pour l'enfant, qui avait évoqué cette hypothèse au printemps,
longtemps avant que les premiers documents de travail ne soient rendus
publics.

"La mention de "père" et "mère" est maintenue, et il n'y pas de
référence à la notion de "parent 1" et de "parent 2". Le texte de loi
est très clair sur ces deux points"
, assurait la ministre de la famille, Dominique Bertinotti lors d'un chat sur LeMonde.fr le 7 novembre.

Mais, comme pour la mention de "père et mère", l'inconnue subsiste
concernant le futur livret de famille, qui n'est pas défini dans la loi
mais par un arrêté ministériel. Au vu de sa forme actuelle, il faudra
effectivement trouver une alternative aux termes "père" et "mère". Mais
rien ne dit que ce serait "parent A/parent B". Une solution déjà évoquée
serait par exemple d'avoir deux formats de livrets différents.


3/ Le code civil n'est pas un document intangible

Ce qu'on peut lire : "Touchez pas au code civil" (pancarte dans la manifestation).


Les anti-mariage invoquent aussi régulièrement la défense et la
sauvegarde du code civil français, qui serait "bouleversé" par cette
loi. C’est oublier que le code civil, créé en 1804 par Napoléon, ne
cesse d’être modifié au fil de l’évolution de la société, et notamment pour ce qui touche à la famille.

En 1884, il rétablit le droit au divorce. En 1912, il autorise la
recherche en paternité. En 1938, il définit la capacité civile de la
femme mariée, jusqu’ici dépendante de son mari pour contracter ou agir
en justice. En 1965, il intègre la réforme des régimes matrimoniaux. En
1970, le législateur a ainsi supprimé la notion de "chef de famille"
accordée au père automatiquement. En 1972, on supprime l’inégalité
juridique entre enfants naturels et illégitimes. En 1999, c’est
l’adoption du pacs.

En clair, le code civil est, comme le droit en général, une matière
vivante, qui évolue en même temps que la société. Arguer que ce document
doit rester intangible est donc un contresens historique.

4. Le référendum réclamé par les manifestants est juridiquement quasi impossible

Ce qu'on entend : "Je suis dans la rue pour que
la parole soit donnée au peuple. En tant qu'élu de la Nation, je n'ai
pas reçu le mandat de voter sur des réformes aussi essentielles, c'est
au peuple de le faire directement."
(Henri Guaino, dans le cortège du 13/01).



Ce qu'il en est : 115 parlementaires ont signé un
appel lancé par le député UMP Henri Guaino en faveur d'un référendum sur
le mariage homosexuel, selon une liste publiée samedi 12 janvier sur le site du Journal du dimanche. Nathalie
Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire et Valérie Pécresse figurent dans
cette liste, ainsi que des parlementaires centristes, mais pas
Jean-François Copé et François Fillon. C'est également le cheval de
bataille de Christine Boutin et de l'UMP.

Pourtant, comme le notait Le Monde le 9 janvier,
le projet de loi sur le mariage homosexuel ne peut sans doute pas être
l'objet d'un référendum. L'article 11 de la Constitution de 1958, à
jour de la révision constitutionnelle de 2008, prévoit que le président
de la République peut prendre l'initiative de soumettre au référendum
tout projet de loi portant notamment "sur des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale". Or, estimait le constitutionnaliste Didier Maus, "dans
l'interprétation traditionnelle, le projet de loi sur le mariage
homosexuel ne peut être considéré comme un sujet de politique sociale"
, "c'est davantage une réforme sociétale du code civil".

L'avis est partagé par un très grand nombre de constitutionnalistes reconnus, de Guy Carcassonne (lire son analyse sur le HuffingtonPost) à Pascal Jan, même si quelques professeurs de droit, cités notamment dans Le Figaro, estiment qu'il serait possible de considérer que cette réforme "sociétale" entre dans le champs de la "politique sociale".

L'UMP a rétorqué en évoquant la possibilité d'un référendum
d'initiative populaire, en principe permis par la réforme
constitutionnelle de 2008. Mais la loi organique qui doit permettre à ce
principe d'entrer en vigueur n'a jamais été publiée, l'UMP, alors majoritaire, souhaitant d'abord en préciser les termes.

Il serait possible de demander au Conseil constitutionnel de trancher
la question, ce qu'il estime pouvoir faire depuis une décision de 2005,
dans laquelle il assume se réserver le droit de contrôler la
constitutionnalité du décret convoquant les électeurs aux urnes pour un
référendum. Mais dans tous les cas, l’hypothèse suppose que François
Hollande souhaite organiser ce référendum, ce qu'il ne compte pas faire,
puisqu'il juge que son élection, alors que son programme prévoyait le
mariage homosexuel, a tranché la question.

5/ Ni la procréation médicalement assistée ni la gestation pour autrui ne sont dans le texte de loi

Ce qu'on peut entendre : "Nos ventres ne sont pas des caddies", "Non à l'OGM humain" (pancartes brandies dans la manifestation).


"Pour un enfant, il est mieux d'avoir un papa et une maman. Nous
sommes nés d'un père et d'une mère et aucune loi ne changera ça."
(Cardinal Barbarin dans le cortège du 13/01)

Ce qu'il en est : Contrairement à ce qui est évoqué
le plus souvent, il n'est pas question, dans la loi que le Parlement
s'apprête à discuter, de revenir sur le fait qu'un enfant soit né d'un
père et d'une mère. Le projet de loi qui va entrer en discussion ne
concernera que l'autorisation du mariage entre personnes de même sexe et
l'adoption par des familles homoparentales.

Après de longs atermoiements, les socialistes ont renvoyé à un
nouveau texte la question de la procréation médicalement assistée (PMA),
qui permettrait à des lesbiennes d'avoir recours à l'insémination
artificielle, une question qui touche à la bioéthique et demande des
consultations nationales.

Quant à la gestation pour autrui (GPA, le fait qu'une femme accepte
de porter un enfant pour d'autres, ce qui reste illégal en France), même
si elle est brandie comme une conséquence de la loi, elle n'est pas
prévue par le texte de loi, et le PS est officiellement opposé à cette pratique.

Samuel Laurent, Alexandre Léchenet et François Béguin

Source
Oui, oui: moi-aussi, le coup du référendum "pas possible" me fait tilter. cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Jeu 24 Jan - 17:25

Mariage gay: les 10 arguments de l'UMP... et leurs limites.

MARIAGE GAY - Vent debout contre le projet de loi socialiste visant à instituer le mariage pour tous,
l'UMP peine malgré tout à parler d'une même voix sur le sujet. Divisé
sur le principe de participer à la "Manif pour tous" des anti-mariage
gay, le parti d'opposition voit désormais certaines voix s'élever pour
exiger un débat interne sur la question, voire appeler à voter le texte
socialiste. Selon le patron des députés UMP, Christian Jacob, 10% du
groupe parlementaire pourrait finalement voter en faveur du projet de
loi qui sera débattu à l'Assemblée nationale à partir du 29 janvier.


Jean-François Copé convoquait donc à la hâte ce jeudi 24 janvier une convention sur la "famille durable"
dans laquelle la question du mariage homosexuel devait être évoquée.
Convention à l'issue de laquelle la position officielle de l'UMP ne
devrait toutefois pas bouger d'un iota, d'autant que les éléments de
langage sur le sujet ont été arrêtés depuis plus d'un mois..


Le 4 décembre dernier, un "argu flash" (document relayant les éléments de langage) a
en effet été adressé à tous les responsables du parti. Objectif:
bétonner la communication de l'UMP tout en déminant les accusations de
ringardisme ou d'homophobie. Des "arguments" qui ne résistent néanmoins
pas toujours à un examen précis.


ARGUMENT N°1: l'UMP n'est pas homophobe la preuve...

C'est la hantise de la droite: éviter à tout prix le procès en
homophobie qu'elle n'avait pu esquiver lors des débats houleux sur le
Pacs. Les éléments de langage à l'UMP rappellent, à juste titre, que
"c'est le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin qui, en décembre 2004, a
fait adopter une loi contre les propos homophobes et sexistes".



Comment s'opposer au mariage homosexuel sans... par LeHuffPost


Il n'empêche. Les déclarations, certes isolées, de certains élus UMP
n'ont pas manqué de raviver les soupçons. Les sorties du route à
répétition de l'ancien député Christian Vanneste
tout comme celle du maire du VIIIe arrondissement de Paris, qui n'a pu
s'empêcher de lier homosexualité et inceste, n'ont pas aidé. Le député
Nicolas Dhuicq a même provoqué l'indignation de ses propres amis
politiques en liant, à la tribune du Palais Bourbon, homoparentalité et terrorisme.
Des exceptions? "C'est avant tout une fracture générationnelle. Mais
globalement, il n'y a pas plus d'homophobes à l'UMP qu'au PS", jure un
des rares cadres du parti favorable au mariage pour tous.


ARGUMENT N°2: notre droit actuel permet déjà d’accompagner les familles homoparentales

L'UMP reconnait bien volontiers l'existence de 40.000 enfants élevés
en France par des familles homoparentales (tranche haute selon les
études de l'Institut national d'études démographiques). Mais le parti
considérait en décembre que le cadre législatif actuel suffisait à gérer
ces cas de figure, estimant qu'il s'agit de simples "familles
recomposées". "Quand c’est nécessaire, le 'beau-parent' peut disposer
d’une délégation d’autorité parentale. Ces situations sont déjà régies
par la loi et la jurisprudence", indique-t-on à l'UMP.


Dans les faits, la "délégation partage de l'autorité parentale" fait surtout office de "rustine juridique" comme l'explique très bien cet article du Point.
Non seulement révocable et limitée dans le temps, la délégation ne
permet au conjoint homosexuel d'obtenir en justice que certaines
prérogatives de l'autorité parentale jusqu'à la majorité de l'enfant. Un
statut de sous-parent en somme et une belle hypocrisie au regard de la
réalité que connaissent des milliers de familles. Une fois mariés, les
couples homosexuels mariés, au contraire, bénéficieront automatiquement
d'une autorité parentale partagée, impliquant notamment la transmission
du nom et du patrimoine.


ARGUMENT N°3: l’intérêt d’un enfant c’est d’avoir un père et une mère

Argument imparable à l'évidence. "L’UMP ne se placera jamais sur le
terrain du droit à l’enfant, mais défend le droit de l’enfant", assure
la droite pour qui la complémentarité homme/femme doit rester
indissociable de la filiation. Problème: l'application de cet axiome
reviendrait à bouleverser le droit à l'adoption tel qu'il est pratiqué
aujourd'hui. Une décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme de
2008 (affaire E.B. contre France du 22 janvier 2008 n°43546/02)
autorise d'ores et déjà l’adoption d’un enfant par un célibataire et
précise que l’orientation sexuelle de l’adoptant ne peut constituer un
facteur de refus.


En clair, pour l'UMP, autoriser un célibataire à adopter un enfant,
et ce quelle que soit son orientation sexuelle, serait contraire aux
droits de l'enfant. Signe que la droite est prête à pousser son
raisonnement jusqu'au bout, l'UMP devrait déposer un amendement à
l'Assemblée pour "sortir l'adoption par un célibataire du droit commun".
Seuls les enfants privés de parents biologiques à la suite de
circonstances exceptionnelles pourraient être adoptés par des
célibataires, et à condition que ceux-ci soient des membres ou des
proches de la famille, rappelle ainsi Le Figaro.


En poussant cette idée un peu plus loin, lier mariage, adoption et
complémentarité homme/femme, pourrait logiquement remettre en cause le
droit des familles stériles au mariage ou les qualités éducatives des
familles monoparentales ou des parents veufs. Drôle de message pour un
parti qui a placé la famille au coeur de son message politique.


N°4: la loi sur le mariage pour tous aura pour
effet direct de bouleverser l’ensemble de notre Code civil en y gommant
les mots "père" et "mère"

C'est un des arguments-phares de l'UMP et des anti-mariage gay en
règle générale. De nombreux élus s'émeuvent que la dualité sexuelle soit
effacée du Code civil au nom du mariage pour tous. Mais comme l'explique en détail le journal Le Monde, cet argument a tout du mythe, voire de la manipulation.


"Lorsque cela s’avère nécessaire, les mots 'père et mère' sont
remplacés par le mot 'parents' et les mots 'mari et femme' par le mot
'époux'. Ces substitutions concernent uniquement les articles qui
s’appliquent à tous les couples. Dans tous les autres cas, les articles
ne sont pas modifiés'", précise noir sur blanc le projet de loi.


ARGUMENT N°5: mieux vaut une union civile qu'un mariage pour tous

Faute de pouvoir obtenir gain de cause sur le mariage homosexuel, de
nombreux élus UMP prônent désormais la mise en place d'une alliance ou
une union civile qui comblerait les lacunes du Pacs. Cette attitude en
apparence conciliante vise essentiellement à distinguer l'égalité des
droits associée au mariage de la question de la filiation, qui
cristallise les réactions hostiles à droite.


Ce glissement sémantique est néanmoins hypocrite à plus d'un titre, comme en conviennent en off
plusieurs cadres de l'UMP. Pourquoi plaider en faveur de l'égalité des
droits des couples homosexuels tout en refusant de leur accorder celui
d'adopter et d'élever des enfants dans un cadre légal?


N°6: la gauche refuse un débat national et tente de passer en force

L'UMP en est sûre: le gouvernement tente "d'expédier le débat en
catimini" faute d'arguments solides sur la question. Une affirmation qui
ne résiste pas à la réalité du débat public en France. La médiatisation
intense des opposants au mariage gay, tout comme de la fameuse Manif
pour tous en atteste.


Le mariage gay s'est non seulement imposé à la Une de tous les médias
de France, mais il devrait faire l'objet d'un examen minutieux et
probablement houleux à l'Assemblée nationale. Le débat s'est d'ailleurs
installé jusque dans les rangs de la gauche, de nombreux députés
plaidant pour que la procréation médicalement assistée soit rattachée au
projet de mariage pour tous. "Les citoyens ont déjà été consultés à
l'élection présidentielle, mais aussi, et tout le monde l'oublie,
pendant trois mois d'auditions au Parlement", rappelle d'ailleurs la députée socialiste Marie-Anne Chapdeleine, citée par Le JDD.


N°7: la gauche ne cherche qu’à allumer des contre-feux

L'argument n'est pas dénué d'habileté politique... ni de culot.
François Hollande et Jean-Marc Ayrault sont en effet confrontés à une
baisse sévère de leur popularité en raison de la conjoncture économique.
Et le débat sur le mariage gay a effectivement pour conséquence de
resserrer les rangs de la gauche autour de l'exécutif socialiste, comme
l'a illustré le dernier baromètre politique YouGov Le HuffPost.


Pour autant, l'UMP n'est pas exempte d'arrières pensées politiques,
les chefs de file du parti ayant très largement capitalisé sur cette
question qui soude l'électorat de droite. Objet d'une véritable
surenchère pendant la campagne pour la présidence de l'UMP, la question
du mariage gay fait désormais office de sujet fédérateur susceptible de
réconcilier fillonistes et copéistes.


N°8: il faut laisser les Français trancher via un référendum

Très active, l'Entente parlementaire pour la famille, qui réunit les
élus (essentiellement de droite) hostiles au mariage gay, pense avoir
trouvé la parade pour faire plier l'exécutif sans discriminer les
couples homosexuels: laisser les Français trancher par le biais d'un
référendum. Argument principal, développé notamment par le député Henri
Guaino: les députés n'ont pas reçu de mandat pour décider ou non d'une
révision du Code civil.


Une belle hypocrisie et une remise en cause inédite de la légitimité
parlementaire: sous la Ve République, toutes les grandes réformes de
société (légalisation de la pilule, de l'avortement, abolition de la
peine de mort, création du Pacs) ont été votées par le Parlement et non
par la voie référendaire.


L'argument est d'autant plus irrecevable que, comme l'expliquait sur Le HuffPost le constitutionnaliste Guy Carcassonne, le recours au référendum sur un tel sujet est tout simplement anticonstitutionnel.


ARGUMENT N°9: l'UMP organisera elle-même un grand débat sur la famille et le mariage

En guise de débat, l'UMP a convoqué ce jeudi une convention consacrée
à "la famille durable", organisée par le député UMP Hervé Mariton, en
pointe contre le mariage gay. Si les voix dissonantes, comme celle du
député Franck Riester, ont été invitées à s'exprimer, le choix des
invités et des thèmes ("Le mariage homosexuel, progrès ou illusion?",
"Comment promouvoir la famille durable?"), a néanmoins tout d'une
opération de communication. Tant et si bien que les rares voix du bureau
politique favorables au mariage gay ont préféré s'abstenir.


N°10: les maires hostiles au mariage gay devraient bénéficier d'une "clause de conscience"

En désespoir de cause, les élus UMP voudraient obtenir une "clause de
conscience" élargie qui leur permettrait de se soustraire à
l'obligation de marier les couples homosexuels. Le 20 novembre dernier,
François Hollande avait semblé leur donner raison en rappelant la
possibilité pour les maires hostiles au mariage homosexuel d'invoquer
leur "liberté de conscience" afin de déléguer leur signature à des
adjoints. Mais l'Elysée avait rapidement reculé sur le sujet.


Depuis, l'UMP espère faire passer cette question via un amendement
qui permettrait de se marier ailleurs que dans sa mairie. Amendement qui
n'a aucune chance de passer.
Source:http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/24/mariage-gay-les-10-contre_n_2540165.html?utm_hp_ref=france
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Jeu 24 Jan - 21:24

Mais l'UMP a raison de poser la question dans sa globalité : de même qu'on se demande ce qu'est un Français dans le cadre du code de la nationalité, on se demande ce qu'est une famille quand après avoir autorisé l'adoption par des célibataires on se retrouve à vouloir instaurer un mariage gay.

Est-ce que la mère célibataire consitue un modèle de famille au point de l'imiter dans une formule adoptive ?

N'est-il pas plus profitable à un enfant d'être en relation avec une vraie parenté plutôt que de se savoir adopté ?

Si une fille se fait mettre enceinte des oeuvres d'un garçon, est-il normal qu'elle puisse lui réclamer une pension sans l'avoir auparavant informé de sa manoeuvre ?

Est-il normal qu'un divorcé paye une pension à son ex-épouse qui vit avec un concubin et ne se remarie pas afin de pouvoir continuer à toucher la pension de son ex ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Sam 26 Jan - 2:38

En 2006, en Afrique du Sud, un enfant de 4 ans a été battu à mort par la compagne de sa mère lesbienne, qui ne supportait plus que le garçon refuse de l’appeler « papa ». Retour sur une affaire qui illustre le déni de réalité de nombreux membres du lobby LGBT.

De toute évidence, Jandre Botha, petit garçon sud-africain de 4 ans, était pétri d’idéologie homophobe. Pour lui apprendre la tolérance, à la suite d’un énième « dérapage » homophobe (le jeune facho refusait de nommer la petite copine de sa maman « papa »), sa belle-mère l’a roué de coup, jusqu’à ce que mort s’en suive.

Comment, en 2012, peut-on encore croire qu’il existe des hommes et des femmes, des pères et des mères ? Comment peut-on interdire à une femme d’être un papa, si tel est son souhait ? On ne sait pas quelle éducation réactionnaire obscurantiste le garçonnet à reçu, mais il était surement temps qu’il reçoive une correction pour apprendre à nier le réel.

Bien que les deux femmes aient juste voulu défendre leur droit à la différence, une juge visiblement homophobe, Rita Willemse, magistrate à la Cour Régionale de Vereenigin a prononcé la culpabilité des deux amoureuses activistes. Engeline de Nysschen, la belle mère, a été reconnue coupable de meurtre et la mère de l’enfant, Hanelie Botha a été inculpée pour complicité de meurtre et non assistance à personne en danger, pour avoir couvert les violences de sa chérie.

En France, afin de régler ce problème de nomination des homosexuels, dans un soucis de tolérance, d’égalité et de mieux vivre ensemble, le gouvernement Ayrault à trouvé une solution : il suffit de supprimer les mots papa, maman, père et mère. Ainsi, les homosexuels ne se sentiront plus jamais discriminés.

Pour faire passer leur loi immonde sur la légalisation du mariage homosexuel et sur l’homoparentalité, les socialistes nous expliquent que de nombreux pays le font déjà. On voit ce que ça donne…

Vive le progressisme, vive l’homoparentalité et vive le parti socialiste

http://24heuresactu.com/2012/11/15/enfant-tue-car-il-refusait-dappeler-la-copine-de-sa-mere-papa/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Sam 26 Jan - 10:39

Ysaline de Montmirail a écrit:
Est-ce que la mère célibataire consitue un modèle de famille au point de l'imiter dans une formule adoptive ?
N'est-il pas plus profitable à un enfant d'être en relation avec une vraie parenté plutôt que de se savoir adopté ?
Si
une fille se fait mettre enceinte des oeuvres d'un garçon, est-il
normal qu'elle puisse lui réclamer une pension sans l'avoir auparavant
informé de sa manoeuvre ?
Est-il normal qu'un divorcé paye une
pension à son ex-épouse qui vit avec un concubin et ne se remarie pas
afin de pouvoir continuer à toucher la pension de son ex ?
Ce sont des questions qui concernent également les amours hétérosexuels.
Ysaline de Montmirail a écrit:
En 2006, en Afrique du Sud, un enfant de 4 ans a été battu à mort par la
compagne de sa mère lesbienne, qui ne supportait plus que le garçon
refuse de l’appeler « papa ». Retour sur une affaire qui illustre le
déni de réalité de nombreux membres du lobby LGBT...
Oh, le beau torchon!
Je vous prie d'excuser ma réaction mais c'est exactement ce que j'ai pensé à la lecture de l'article. Qu'avons nous là:
Un drame survenue en Afrique du Sud: un garçon battu à mort, parce qu'il refusait d'appeler sa belle-mère "papa".
Plusieurs remarque me viennent à la lecture de l'article:
-les homosexuels qui souhaitent le projet de loi n'ont jamais prétendue être des super-parents.
-aucun d'entre eux n'a prétendu reprendre les "titres" des couples hétéros: l'enfant n'a pas "un père" et "une mère", il a "deux mères" ou "deux pères".
-le "journaliste", à l'origine de l'article, est 'il au courant des statistiques de violences conjugales? Surtout au sein des familles hétérosexuelles que les antis ont tendance à diviniser.
Citation :

-le déni de réalité de nombreux membres du lobby LGBT.
-Pour faire passer leur loi immonde sur la légalisation du mariage homosexuel et sur l’homoparentalité,
L'auteur de cet article me donne plutôt le sentiment de s'appuyer sur un fait-divers tragique pour vomir gratuitement sa haine du projet de loi.
J'avoue être assez surpris: vous m'avez habitué à mieux, niveau "coupure de presse".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Sam 26 Jan - 17:57

Eurynome a écrit:
Ce sont des questions qui concernent également les amours hétérosexuels.
Surtout les amours hétérosexuelles car je n'ai pas connaissance qu'une relation homosexuelle puisse être fertile....

Citation :
Plusieurs remarque me viennent à la lecture de l'article:
-les homosexuels qui souhaitent le projet de loi n'ont jamais prétendue être des super-parents.
On leur demande juste de ne pas nier la réalité.

Citation :
-aucun d'entre eux n'a prétendu reprendre les "titres" des couples hétéros: l'enfant n'a pas "un père" et "une mère", il a "deux mères" ou "deux pères".
C'est faux : un gosse a un père et une mère par définition.

Les gosses de divorcés remariés n'appellent jamais le nouveau conjoint "papa" ou "maman".

Citation :
-le "journaliste", à l'origine de l'article, est 'il au courant des statistiques de violences conjugales? Surtout au sein des familles hétérosexuelles que les antis ont tendance à diviniser.?
Il s'agit de violence sur enfant.

Votre remarque est symptomatique de votre déni de cette question.

Citation :
Citation :
-le déni de réalité de nombreux membres du lobby LGBT.
-Pour faire passer leur loi immonde sur la légalisation du mariage homosexuel et sur l’homoparentalité,
L'auteur de cet article me donne plutôt le sentiment de s'appuyer sur un fait-divers tragique pour vomir gratuitement sa haine du projet de loi.
J'avoue être assez surpris: vous m'avez habitué à mieux, niveau "coupure de presse".
Je n'allais pas tronquer la citation en ôtant le terme "immonde".

Par ailleurs, j'ai donné un autre exemple moins violent de la difficulté qu'a un enfant à se construire en l'absence de l'un des deux parents.

Rejeter ce témoignage du fait qu'il est extrême est comme dire que les excès de vitesse ne sont pas dangereux sous prétexte que tout le monde n'en meurt pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Sam 26 Jan - 18:52

Ysaline de Montmirail a écrit:
Eurynome a écrit:
Ce sont des questions qui concernent également les amours hétérosexuels.
Surtout les amours hétérosexuelles car je n'ai pas connaissance qu'une relation homosexuelle puisse être fertile....
La PMA se fait, à l'étranger. Cool
Citation :

Citation :
Plusieurs remarque me viennent à la lecture de l'article:
-les homosexuels qui souhaitent le projet de loi n'ont jamais prétendue être des super-parents.
On leur demande juste de ne pas nier la réalité.
Des couples homos à l'heure actuelle élèvent leurs enfants et de façon très correcte. C'est plutôt aux antis de ne pas être dans le déni.
Citation :

Citation :
-aucun d'entre eux n'a prétendu reprendre les "titres" des couples hétéros: l'enfant n'a pas "un père" et "une mère", il a "deux mères" ou "deux pères".
C'est faux : un gosse a un père et une mère par définition.

Les gosses de divorcés remariés n'appellent jamais le nouveau conjoint "papa" ou "maman".
Ils n’empêchent que les nouveaux parents ont le même rôle.
Citation :

Citation :
-le "journaliste", à l'origine de l'article, est 'il au courant des statistiques de violences conjugales? Surtout au sein des familles hétérosexuelles que les antis ont tendance à diviniser.?
Il s'agit de violence sur enfant.
Votre remarque est symptomatique de votre déni de cette question.
Je ne dénie rien du tout. Vous sous-entendez quoi? Que les statistiques de violences sur mineures vont augmenter avec le mariage gay?
Citation :

Citation :
Citation :
-le déni de réalité de nombreux membres du lobby LGBT.
-Pour faire passer leur loi immonde sur la légalisation du mariage homosexuel et sur l’homoparentalité,
L'auteur de cet article me donne plutôt le sentiment de s'appuyer sur un fait-divers tragique pour vomir gratuitement sa haine du projet de loi.
J'avoue être assez surpris: vous m'avez habitué à mieux, niveau "coupure de presse".
Je n'allais pas tronquer la citation en ôtant le terme "immonde".
C'est surtout qu'à part broder sur un fait divers sordide, l’auteur n'apporte rien du tout comme arguments.
Citation :

Par ailleurs, j'ai donné un autre exemple moins violent de la difficulté qu'a un enfant à se construire en l'absence de l'un des deux parents.
Les couples monoparentales existent. Et j'ai pas souvenir que vous ayez particulièrement pesté contre eux.
Citation :

Rejeter ce témoignage du fait qu'il est extrême est comme dire que les excès de vitesse ne sont pas dangereux sous prétexte que tout le monde n'en meurt pas.
Vous savez que des enfants meurent également, de violence familiale, dans les couples hétéros. On leur interdit d'élever des enfants, alors?
Des cas extrêmes, il y en a partout.

Dame Ysaline, ça fait un bout de temps que nous parlons de ce sujet. Peut être faudrait il abandonner ces petites phrases dont vous remplissez vos posts ("valeurs familiales", "dénis",...) et fournir un argumentaire plus poussé et mieux échelonné. Répondre à des citations de citations de citations, ça devient rapidement flou et difficile à la fin de voir où veux en venir l'interlocuteur. study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 12:42

À quoi sert le mariage ?

Le mariage semblait voué à disparaître il y a trois décennies ; le voilà au centre de la politique française, avec le projet de légalisation du «mariage pour tous» par la France.

Pour en finir avec un enjeu symbolique quelque peu ridicule, Joseph Savès émet le souhait que la loi laïque ne reconnaisse plus que des «unions civiles» et abandonne le mot même de «mariage». Celui-ci ne devrait plus désigner qu'un rituel religieux et sans contenu juridique...

Les médias français dénoncent à l'envi une société archaïque et discriminatoire. La révolte gronde dans les cafés et les salons parisiens... Sommes-nous à la veille de Mai-68 ? Non, en 2012, mais ceux qui contestent l'ordre établi sont les mêmes, en un peu plus grisonnants.

Dénoncent-ils la catastrophe climatique ? L’incurie des dirigeants européens face à l'explosion de la misère et des inégalités ?... Non, l'affaire est beaucoup plus grave. Elle concerne le droit des homosexuels à se marier devant le maire.

Ceux qui ironisaient, il y a quarante ans, sur le mariage «petit-bourgeois» plaident aujourd'hui en faveur de son extension aux homosexuels. Il s'agit de remédier à la souffrance de quelques couples qui ne supportent pas de ne pas «graver leur nom au bas d'un parchemin» (Brassens). Regrettons qu'il n'y ait plus un Molière pour les traiter comme il convient.

Mais l'affaire n'est pas seulement risible. Ainsi qu'en conviennent historiens et anthropologues de tous bords, «on ne trouve pas, dans l'histoire, d'union homosexuelle et homoparentale institutionnalisée» (Maurice Godelier).

N'est-il pas dangereux, dans ces conditions, de jouer les apprentis-sorciers avec une institution, la famille, qui a traversé les millénaires et les civilisations? Rappelons simplement que le mariage n'a pas été établi pour consacrer l'amour de deux êtres (on n'a pas besoin d'une reconnaissance sociale pour s'aimer et vivre ensemble) mais pour assurer une protection juridique aux enfants appelés à naître de cette union et garantir leur droit à hériter.

D'autres l'ont fait, pourquoi pas nous ?On se rassure en se disant que d'autres pays, et non des moindres, ont franchi le pas et officialisé le mariage entre personnes du même sexe : le Canada, la Norvège, la Suède, plusieurs États des États-Unis et même la ville de Mexico, l'Argentine et l'Espagne catholiques.

De fait, les États à l'écoute des homosexuels («gay-friendly») sont circonscrits aux populations européennes : l'Europe occidentale elle-même, l'Amérique du Nord, l'Autralie et la Nouvelle-Zélande ainsi que les pays du cône sud-américain (Argentine, Uruguay, Brésil). Seule exception : l'Afrique du Sud, encore fortement influencée par le droit anglo-saxon. Au total, moins d'un milliard de personnes soit 15% de la population mondiale.

Face à ce bloc «progressiste» (mais en décroissance démographique), on trouve la quasi-totalité des pays d'Afrique noire et des pays majoritairement musulmans, plus ou moins hostiles à l'homosexualité. Huit d'entre eux punissent de mort l'homosexualité : l'Arabie séoudite, l'Afghanistan, l'Iran, la Mauritanie, le Nigeria, la Somalie, le Soudan et le Quatar, «ami» de la France. Les autres pays, comme la Turquie, l'Inde, la Russie ou le Japon, évitent généralement d'aborder le sujet de l'homosexualité sur la place publique.


Homo philie, homo phobieL'homosexualité est aussi vieille que l'humanité et ses pratiquants, quoique minoritaires et souvent victimes de violences et d'exclusion, ont toujours participé à la vie sociale. L'anthropologue Maurice Godelier évoque des sociétés primitives qui inscrivent la cohabitation homosexuelle parmi les rites de passage de l'enfance à l'âge adulte...

Autres temps, autres moeurs : à l'image de Zeus, qui s'était transformé en aigle pour séduire le jeune Ganymède, les notables grecs et romains n'avaient pas de honte à partager la couche d'un garçon pourvu qu'il fut impubère. Mais cette forme de pédophilie a été plus tard condamnée, de même que les relations entre adultes du même sexe, sous l'effet du puritanisme stoïcien (et païen).

Au Moyen Âge, la «sodomie» (ainsi qualifiait-on l'homosexualité avant que le mot ne soit inventé en 1869) est inscrite parmi les péchés graves. Elle est parfois sanctionnée, le plus souvent tolérée, selon que domine dans l'Église le courant rigoriste ou le courant optimiste, ainsi que le rappelle l'historien Michel Rouche, dans un passionnant livre d'entretiens avec le journaliste Benoît de Sagazan : Petite histoire du couple et de la sexualité (CLD, 2008).

Au XVIIe siècle, les «libertins» de la cour de Louis XIV attestent de l'influence que pouvaient avoir les homosexuels au pied du trône. Plus près de nous, le juriste Cambacérès, l'académicien Julien Green, les philosophes Roland Barthes et Michel Foucault et le Prix Nobel André Gide... montrent qu'elle n'était pas un obstacle à l'ascension sociale et aux honneurs publics.

Si l'Église officielle qualifie encore de péché l'onanisme et la sodomie, on ne saurait comparer cette condamnation morale aux sanctions pénales qui frappent les homosexuels dans tous les pays musulmans comme dans la plupart des pays d’Afrique noire et d’Asie.

On a fait beaucoup de cas de la loi française de 1942, abrogée en 1982, établissant à 21 ans au lieu de 15 la majorité en matière de relations homosexuelles. Avouons qu'on a connu pire en matière de persécution.

Une régression intellectuelleLe romancier Benoît Duteurtre écrit dans Le Nouvel Observateur (20 septembre 21012) : «L’aspiration des militants homosexuels à la famille et au mariage est une formidable régression intellectuelle par rapport aux enjeux de la libération sexuelle. Après avoir revendiqué la liberté absolue, on en est à vouloir parodier le mariage, ce vieux rituel d’inspiration religieuse auquel les hétérosexuels eux-mêmes ne croient plus guère, vu qu’ils s’empressent généralement de divorcer !»

Le romancier juge «amusant de voir certains militants s’exciter contre l’Église, qui devrait, à son tour, accepter le mariage gay – comme s’il fallait à tout prix obtenir la reconnaissance du clergé qui ne fait pourtant que jouer son rôle de force morale archaïque».

Pour lui, «la modernité, c’est évidemment le pacs, qui laisse de côté tout cet héritage et qu’on pourrait fort bien se contenter d’améliorer. Mais les groupes de pression, engagés dans la surenchère, semblent confondre l’égalité et le pastiche. Beaucoup d’homos se contrefichent du mariage comme de l’adoption, mais il est vrai que cette soif de normalité enchante certaines personnes qui ont l’impression de les voir rentrer dans le rang».

Communautarisme

Les organisations homosexuelles sont en flèche dans le développement du communautarisme en Occident et c'est là un phénomène nouveau. Le philosophe Roland Barthes l'avait entrevu dans les années 1970. Homosexuel épanoui et discret, il s'inquiétait déjà à cette époque d'un activisme qui pouvait porter atteinte à son intimité et à sa liberté.

Si l'on met à part une petite minorité d'individus exclusivement orientés vers les personnes de leur sexe, l'homosexualité était jusqu'à ces dernières décennies une pratique occasionnelle qui se conjuguait avec des relations hétérosexuelles plus conventionnelles. Elle est devenue aujourd'hui un critère d'appartenance et chacun est sommé de se définir comme homo ou hétéro.

En 1973, dans Les valseuses de Bertrand Blier, les héros pratiquaient sans complexe une sexualité débridée tant homo qu'hétérosexuelle. En 2000, dans la comédie de Francis Veber Le placard, le héros devait choisir son camp. Entre ces deux dates s'est imposé le principe d'enfermement communautaire. Aujourd'hui, signe des temps, Hollywood multiplie les comédies sur les jeunes gens qui seraient tentés de franchir la nouvelle barrière invisible.

L'«outing» par lequel les activistes homosexuels dénoncent quiconque voudrait protéger son jardin secret nous renvoie aux pratiques inquisitoriales ou, au mieux, à une forme inédite de «puritanisme inversé» qui impose à chacun d'afficher son statut. Militants homosexuels et vedettes du showbiz conjuguent leurs efforts pour abattre le mur opaque et bienfaisant qui séparait naguère sentiments privés et vie publique.

Ainsi s'avancent des lendemains radieux où chacun sera sommé de se justifier de ses penchants sexuels, de ses pensées et de ses sentiments ainsi que de choisir sa «communauté», face à un Big Brother omniprésent et omnipotent.

Libertarisme

Derrière le «mariage pour tous» et son corollaire, le droit d'avoir des enfants à tout prix (gestation par autrui ou adoption sur le marché international), l'idée se profile que la Loi n'aurait plus pour objet de protéger les faibles (enfants, pauvres...) contre les abus des puissants mais devrait se mettre au service de ces derniers pour lever les ultimes obstacles à leurs désirs.

Pourquoi pas ? dès lors que l'accomplissement de ces désirs ne lèse personne, argumente tel philosophe.

Plus réservé, le psycho-sociologue Jean-Claude Liaudet voit dans ce chamboulement une ruse du néolibéralisme pour intégrer à la société marchande des domaines qui lui échappent encore. Il annonce des lendemains radieux où les pauvres du tiers monde et du quart monde seront invités, au nom de la Liberté, à faire commerce de leurs organes, de leur sperme, de leurs ovules et de leurs bébés pour la plus grande satisfaction des bourgeois occidentaux.

Joseph Savès

http://www.herodote.net/a_quoi_sert_le_mariage_-article-1406.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 16:45

Ah, enfin je vous retrouves cheers, avec un texte infiniment plus respectable que le précédent... quand bien même il avance les mêmes arguments abordés dans ce sujet.
Citation :
Dénoncent-ils la catastrophe climatique ? L’incurie des dirigeants
européens face à l'explosion de la misère et des inégalités ?... Non,
l'affaire est beaucoup plus grave. Elle concerne le droit des
homosexuels à se marier devant le maire.
L'un n’empêche pas l'autre, semble oublier l'auteur. On peut très bien se préoccuper des dérives du système économique et du droit des homosexuels.
Citation :
N'est-il pas dangereux, dans ces conditions, de jouer les
apprentis-sorciers avec une institution, la famille, qui a traversé les
millénaires et les civilisations? Rappelons simplement que le mariage
n'a pas été établi pour consacrer l'amour de deux êtres (on n'a pas
besoin d'une reconnaissance sociale pour s'aimer et vivre ensemble) mais
pour assurer une protection juridique aux enfants appelés à naître de
cette union et garantir leur droit à hériter.
Je me répètes mais certains couples homosexuels élèvent DEJA des enfants. Quand au sens du mariage, symboliquement, il reste la consécration de l'amour de deux êtres.
Quand à la famille dite "traditionnelle" (un père+ une mère+ un ou des enfants), il y a belle lurette qu'elle ne reflète plus tellement la réalité.
Rien à dire sur l'historique de l'homosexualité en Europe.
Mais l’auteur semble coincé, si je puis dire, dans une conception "libertaine" de l'homosexualité. Si certains veulent se marier, c'est justement pour fonder un foyer, pas par jeu sexuel. Il ne s'agit pas de parodie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 17:56

Mais si, c'est une parodie !

On ne fonde pas un foyer avec un couple stérile par nature !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 19:38

Ysaline de Montmirail a écrit:
Mais si, c'est une parodie !
On ne fonde pas un foyer avec un couple stérile par nature !
Et pourquoi?
Les couples hétéros stériles qui élèvent des enfants adoptés sont une parodie, peut-étre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 20:18

Non : ils imitent la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 20:21

Tiens-donc!
Et les familles monoparentales?
C'est quoi? Parodie ou imitation?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Dim 27 Jan - 22:52

Accident.

Ce sont des naissances naturelles et non des adoptions.
Il y a 85% de femmes chefs de ces familles. C'est dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mar 29 Jan - 10:37

MARIAGE GAY - Après la guerre des chiffres dans la rue, place à la guerre des nerfs. Alors que le projet de loi visant à légaliser le mariage homosexuel entame son marathon législatif ce mardi 28 janvier à l'Assemblée nationale, les députés se préparent à plancher sur un peu plus de 5.360 amendements, dont la quasi totalité émane de l'opposition.


Une technique d'obstruction parlementaire vieille comme le monde qui
consiste à "noyer" les débats en soumettant au vote une multitude de
propositions visant à vider le projet de loi de sa substance. Si
l'opposition de droite arrive loin derrière le record absolu, détenu
depuis 2006 par la gauche lors des débats sur la loi énergie (137.537
amendements), l'examen de ces amendements exigera de la patience. Deux
semaines de débats, dont deux week-end pleins, ont été réservés pour la
discussion au Palais Bourbon. Mais la nature parfois indigne de ces
contre-propositions en dit long sur le contexte brûlant dans lequel le
mariage pour tous est soumis au vote des parlementaires.
Passage en revue du meilleur du pire des amendements présentés à partir d'aujourd'hui à l'Assemblée nationale.
AUTORISER LES MARIAGES DE MINEURS
Signé par le député d'extrême droite Jacques Bompard, champion toutes catégories des amendements grotesques, l'amendement N°4662 propose tout simplement d'abroger les articles 144 et 145
qui fixent l'âge légal du mariage à 18 ans. Ce qui revient concrètement
à légaliser le mariage des mineurs mais également la pédophilie sous
couvert de provocation contre le mariage gay.


EMPÊCHER LES "FLUX D’ÉTRANGERS" HOMOSEXUELS

L'ancienne plume de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, joue la carte migratoire contre le mariage gay. Avec l'amendement N°4458,
le député UMP des Yvelines propose d'amputer le projet de loi de son
alinéa autorisant les couples homosexuels bi-nationaux à se marier même
lorsque l'un d'entre eux est originaire d'un pays interdisant le mariage
gay.


Motif invoqué par l'auteur du discours de Dakar: l’étude d’impact n'a
pas anticipé "les flux d’étrangers qui pourraient vouloir venir se
marier en France". Un argument repris mot pour mot par l'amendement N°653 proposé par la députée UMP Josette Pons et l'amendement N°1549 soumis par Luc Chatel.


AUTORISER LES MARIAGES INCESTUEUX

Jacques Bompard récidive avec l'amendement 4668 dans lequel le député-maire d'Orange préconise d'abroger l'article 163 du code civil qui prohibe les mariages entre oncles et nièces, tantes et neveux. De même, via l'amendement N°4667, le député propose d'abroger l'interdiction faite aux frères et soeurs de se marier.


Ce faisant, Jacques Bompard propose de légaliser les mariages
incestueux, arguant au passage que '"pour supprimer toute forme de
discrimination" comme l'exige le gouvernement pour les couples
homosexuels, il convient donc "de l'étendre à toutes les formes de
famille, sans distinction de sexe, d'orientation sexuelle, d'origine, de
nombre, d'âge ou de lien de parenté".


AUTORISER LE REFUS DE CÉLÉBRER UN MARIAGE GAY

Ils s'y étaient engagés, ils l'ont fait. Un groupe de députés UMP,
dont le chef de file de la Droite populaire Thierry Mariani, propose via
l'amendement N°55
d'autoriser les mariages en dehors de la commune de résidence des
mariés. Une manière pour les édiles hostiles au mariage gay de faire
valoir leur "liberté de conscience" en renvoyant les couples homosexuels
se faire marier dans des communes plus progressistes.


En guise de riposte, l'amendement N°19,
signé notamment par l'ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet,
pourtant hostile au mariage pour tous, préconise une injonction du
procureur de la République et des sanctions contre les conseils
municipaux refusant de célébrer un mariage.


SOULAGER LES MAIRES D'OUTRE-MER HOMOPHOBES

Dans le même esprit, le député de Paris Bernard Debré fait très fort en proposant, via l'amendement N°4086,
que le préfet désigne d'office un officier d'état-civil si aucun
n'accepte de célébrer un mariage homosexuel. L'argument du député est
imparable: "certains maires, notamment outre-mer, préféreront encourir
la suspension, voire la radiation et les sanctions pénales, plutôt que
de devoir célébrer des mariages de couples de même sexe."


IMPOSER LE PRÉNOM DE L'OFFICIER D'ETAT CIVIL À l'ENFANT

Nouvelle provocation du député d'extrême droite Jacques Bompard. L'amendement N°4672
préconise qu'en cas de désaccord sur le nom de l'enfant, ce dernier
"prend automatiquement comme premier prénom le premier prénom de
l’officier de l’état civil qui reçoit la déclaration". Motif invoqué:
reconnaître le mérite des officiers d'état civil.


AUTORISER LE MARIAGE RELIGIEUX SANS MARIAGE CIVIL

Pour flatter son électorat religieux, le député UDI Thierry Benoit propose via l'amendement N°4176
de revenir sur la primauté du mariage civil en abrogeant l’article
433‑21 du code pénal qui sanctionne les mariages religieux contractés en
dehors de tout mariage civil.


RAPPELER LA PRIMAUTÉ DES PARENTS BIOLOGIQUES

Signé par le député UMP Jean-Frédéric Poisson, proche de Christine Boutin, l'amendement N°2977
vise à imposer dans la loi le principe selon lequel "l'intérêt
supérieur de l’enfant est de vivre prioritairement auprès de son père et
de sa mère biologiques". Les parents adoptifs apprécieront.


LÉGALISER LA POLYGAMIE

Jacques Bompard persiste et signe. Après l'inceste et la pédophilie, le député d'extrême droite préconise via l'amendement N°4661 d'ouvrir le mariage à plus de deux personnes. Une légalisation en bonne et due forme de la polygamie.


INTERDIRE L'ADOPTION PAR DES CÉLIBATAIRES

Hostiles à l'adoption par des couples homosexuels, plusieurs députés
UMP, dont Hervé Mariton et Lionnel Luca, poussent leur raisonnement
jusqu'au bout. Ils préconisent donc via l'amendement N°5052 d'abroger l'article 341‑1 du code civil
qui étend à toute personne seule âgée de plus de 28 ans le droit
d'adopter un enfant. Plus aucun célibataire, hétéro ou homosexuel, ne
serait ainsi autorisé à adopter un enfant.


SUPPRIMER PUREMENT ET SIMPLEMENT LE MARIAGE CIVIL

Jacques Bompard toujours. Prenant acte que "le mariage est une
affaire privée qui ne concerne pas l'Etat", le député-maire d'Orange
préconise via l'amendement N°5194 de supprimer purement et simplement le volet mariage du code civil.


Voilà qui ferait gagner du temps à tout le monde.
Source:http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/28/mariage-gay-les-pires-amendements-deposes-opposition_n_2567744.html?utm_hp_ref=france


Dernière édition par Eurynome le Mar 29 Jan - 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mar 29 Jan - 12:00

Bompard a raison : puisque la gauche appelle ça "mariage pour tous", il ne fait qu'aller au bout de cette logique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mar 29 Jan - 13:30

Citation :
Signé par le député d'extrême droite Jacques Bompard, champion toutes catégories des amendements grotesques, l'amendement N°4662 propose tout simplement d'abroger les articles 144 et 145
qui fixent l'âge légal du mariage à 18 ans. Ce qui revient concrètement
à légaliser le mariage des mineurs mais également la pédophilie sous
couvert de provocation contre le mariage gay.
-Le terme "mariage pour tous" est une simple appellation: le terme "mariage gay", quand bien même il est utilisé, sous-entend un nouveau statut alors qu'il s'agit d'étendre le mariage existant.
Les couples homos qui ont vocation à se marier sont en conformité avec la loi: âge légal, responsabilité. La seul "irrégularité" est que la loi ne reconnaît pas leur union mais ne la juge pas mauvaise non plus.
Ce qui est bien différent du mariage avec des mineurs: celui-ci est irresponsable et ne peux donc prétendre se marier. Sans compter que la pédophilie est unanimement condamné.

Et puis, si les antis allaient au bout de leur logique, il faudrait interdire le mariage aux couples hétéros stériles ou trop vieux, leur interdire, à eux et aux célibataires d'adopter et retirer les enfants aux familles monoparentales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mar 29 Jan - 16:44

Eurynome a écrit:
-Le terme "mariage pour tous" est une simple appellation: le terme "mariage gay", quand bien même il est utilisé, sous-entend un nouveau statut alors qu'il s'agit d'étendre le mariage existant
Ce n'est pas un simple appellation mais une manipulation du langage.

Ils veulent un "mariage pour tous" au lieu d'un "mariage homo" ?
Alors allons-y et Bompard est logique.

Citation :
Les couples homos qui ont vocation à se marier sont en conformité avec la loi: âge légal, responsabilité. La seul "irrégularité" est que la loi ne reconnaît pas leur union mais ne la juge pas mauvaise non plus.
Ce qui est bien différent du mariage avec des mineurs: celui-ci est irresponsable et ne peux donc prétendre se marier. Sans compter que la pédophilie est unanimement condamné.
On peut être mineur et pubère et un individu pubère est apte au mariage.
On peut même autoriser le mariage d'une fille de 11 ans si elle a déjà ses règles.
Soyons logiques.

Citation :
Et puis, si les antis allaient au bout de leur logique, il faudrait interdire le mariage aux couples hétéros stériles
Un couple hétéro stérile a tout de même l'avatange sur un couple homo de présenter un père et une mère.
Ce n'est pas avec ça qu'une gouine va tabasser un gosse qui refuse de l'appeler "papa".

Citation :
ou trop vieux, leur interdire, à eux
Pour les couples trop vieux, l'adoption est déjà exclue.

Citation :
et aux célibataires d'adopter
On va revenir à ça car cette histoire a fait prendre conscience de cette anomalie.

Citation :
et retirer les enfants aux familles monoparentales.
Les familles monoparentales ont des enfants naturels.
Aucun opposant au mariage homo n'a proposé d'interdire aux homos d'avoir des relations hétéros à fin de reproduction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Mar 29 Jan - 19:02

Citation :
Citation :
Les couples homos qui ont vocation à se marier sont en conformité avec la loi: âge légal, responsabilité. La seul "irrégularité" est que la loi ne reconnaît pas leur union mais ne la juge pas mauvaise non plus.
Ce qui est bien différent du mariage avec des mineurs: celui-ci est irresponsable et ne peux donc prétendre se marier. Sans compter que la pédophilie est unanimement condamné.
On peut être mineur et pubère et un individu pubère est apte au mariage.
On peut même autoriser le mariage d'une fille de 11 ans si elle a déjà ses règles.
Soyons logiques.
"Les témoins doivent être âgés de 18 ans révolus (art. 37 du code civil)"
Vous pouvez m'en dire plus à ce sujet? C'est la première fois que j'en entend parler. scratch
Citation :

Citation :
Et puis, si les antis allaient au bout de leur logique, il faudrait interdire le mariage aux couples hétéros stériles
Un couple hétéro stérile a tout de même l'avatange sur un couple homo de présenter un père et une mère.
Mais cette nécessité d'un père et d'une mère est -elle réellement fondée?
"Elevé par 2 papas"
Autre témoignage
Encore des témoignages
Qui plus est, on en revient à un autre détail: les familles monoparentales, qui ne représentent pas les deux "versants".
Citation :

Ce n'est pas avec ça qu'une gouine va tabasser un gosse qui refuse de l'appeler "papa".
C'est sensé être un argument?
Citation :

Citation :
et aux célibataires d'adopter
On va revenir à ça car cette histoire a fait prendre conscience de cette anomalie.
"Nul ne peut être adopté par plusieurs personnes si ce n'est par deux
époux. Toutefois, une nouvelle adoption peut être prononcée soit après
décès de l'adoptant, ou des deux adoptants, soit encore après décès de
l'un des deux adoptants, si la demande est présentée par le nouveau
conjoint du survivant d'entre eux.
"

Citation :
Citation :
et retirer les enfants aux familles monoparentales.
Les familles monoparentales ont des enfants naturels.
Une famille peut être monoparentale et adoptante.
Qui plus est, la présence des deux figures parentales qui sont vantés en tant que gage de stabilité psychologique pour l'enfant n'est pas respectée.
Citation :
Aucun opposant au mariage homo n'a proposé d'interdire aux homos d'avoir des relations hétéros à fin de reproduction.
Sauf que quand on est homosexuel, on n'est pas hétéro (sauf cas spécial des bisexuels).
Vous-même (je pars du principe que vous êtes hétéro), vous accepteriez d'avoir un rapport homosexuel?
Quand aux fins de reproduction, il y a la PMA qui permet la procréation sans rapports sexuels. Mais elle n'est pas sensé être à l'ordre du jour dans le projet de loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   Ven 1 Fév - 9:07

POST EDITE
Le mal de crâne commence à apparaître... No
MARIAGE GAY - "Travestissements, amalgames, procès
d'intention, hypocrisies"... Bienvenue à l'Assemblée nationale. Après
deux jours de débats houleux au Palais Bourbon sur le projet de loi socialiste instituant le mariage pour tous,
nombreux sont les parlementaires qui, à l'image d'Elizabeth Guigou,
s'indignent des petites lâchetés qui s'enchaînent à la tribune.
"Mesdames et Messieurs de l'opposition, je pensais que les leçons du
Pacs avaient été retenues", a lancé l'ancienne Garde des Sceaux
socialiste sous les huées de l'opposition.

Dernier exemple en date: le faux-procès lancé par l'UMP contre Christiane Taubira après la diffusion d'une circulaire "en catimini" sur la naturalisation des enfants nés d'une mère porteuse étrangère. Faux-procès dont Le HuffPost a apporté la preuve en images qu'il relevait de la manipulation la plus éhontée.

Mais en matière de mauvaise foi, gauche et droite peuvent
légitimement se renvoyer la balle tant les deux camps rivalisent de
formules à l'emporte-pièce qu'un simple examen des faits suffit à
démonter.
L'UMP dénonce une circulaire "secrète" sur la GPA... présentée il y a deux semaines
L'UMP n'en demandait pas tant. En diffusant une circulaire censée faciliter la naturalisation des enfants nés d'une mère porteuse à l'étranger,
Christiane Taubira a offert à la droite le prétexte pour enfourcher son
principal cheval de bataille: le mariage pour tous ne serait que la
première étape avant la légalisation pure et simple de la gestation pour
autrui en France.

Mais l'UMP, à l'image de Jean-François Copé, a voulu pousser son
avantage en dénonçant une circulaire passée "en catimini" dans le dos
des élus et des Français. Grossière manipulation: le 16 janvier dernier,
Christiane Taubira avait présenté en personne la circulaire en question
devant une commission parlementaire sans que les députés UMP n'y
trouvent rien à redire.
La gauche accuse la droite de "terrorisme intellectuel"... mais interdit les votes dissidents sur le mariage gay
Dans l'hémicycle, les esprits s'échauffent, au risque parfois de dire
n'importe quoi. C'est ce qui est arrivé au co-président du groupe
écologiste François de Rugy qui s'est indigné ce mercredi contre "le
terrorisme intellectuel" de l'opposition sur le mariage gay. Vraiment?
Divisés sur la question de l'égalité des droits des couples homosexuels,
les groupes parlementaires UMP et UDI ont décidé d'accorder "la liberté
de vote" à leurs membres qui pourront donc, sans pression, voter pour
ou contre le projet de loi sur le mariage gay.


L'UMP a même accordé une partie de son temps de parole au député
Franck Riester, l'un des rares députés de droite à militer en faveur du
mariage pour tous. Soit précisément l'inverse de la ligne adoptée au PS
où les (rares) adversaires du mariage pour tous ont été priés de taire
leurs divergences et de suivre la consigne de vote du groupe.

"Qui ici n'est pas libre? Bruno Le Roux a donné des instructions pour
qu'au sein du groupe PS pas une seule voix ne manque, alors qu'au
groupe UMP notre président Christian Jacob a laissé la liberté à chacun
de s'exprimer", s'indignait à juste titre ce mercredi le député UMP
Patrick Ollier.
Laurent Wauquiez réclame un référendum... qu'il conspuait il y a dix ans
Peut-on décemment défendre tout et son contraire? Le député et
vice-président de l'UMP, Laurent Wauquiez, a défendu avec véhémence une
motion visant à soumettre la question du mariage gay à un référendum.
Inconstitutionnel, jugent la majorité ainsi que de nombreux juristes,
puisque la Constitution ne prévoit pas de référendum sur les questions
de société.

Ce point juridique est d'autant plus intéressant que Laurent Wauquiez
le soutenait lui-même en 2002. A l'époque, ce dernier co-signé un
précis de droit constitutionnel dans lequel l'auteur expliquait noir sur
blanc en quoi les questions telles que le mariage des couples
homosexuels et le droit d'adoption ne pouvaient légalement être
tranchées par la voie référendaire.
Le PS réclame un débat "apaisé"... et renvoie la droite à la Seconde guerre mondiale
Prompte à réclamer un débat de qualité, la majorité n'est toutefois
pas la première à montrer l'exemple. Une formule du député socialiste
Christian Assaf a notamment mis le feu aux poudres mercredi soir. "Le
temps du triangle rose est terminé", s'est emballé le parlementaire,
établissant un lien direct entre les anti-mariage gay et les crimes
commis pendant la Seconde guerre mondiale par les nazis contre les
homosexuels.

Quel rapport entre le refus d'accorder des droits à des couples
homosexuels et l'aliénation de dizaines de milliers d'homosexuels sous
l'Allemagne nazie? Un dérapage sur lequel la gauche n'a pas souhaité
revenir... ou presque.
L'UMP réclame une alliance civile... qu'elle a sabordé en 2009
Hostiles au mariage gay qui légalise de fait le droit à l'adoption
par les couples homosexuels, certains députés UMP pensent avoir trouvé
la riposte en proposant une "alliance civile", sorte de Pacs amélioré
qui accorderait les mêmes droits aux homosexuels comme aux hétéros sans
aller jusqu'au droit à l'adoption. De nombreux amendements en ce sens
ont ainsi été déposés par les députés de l'opposition.

Un bel exemple d'hypocrisie puisque cette "alliance" figurait dans le
programme présidentiel de Nicolas Sarkozy en 2007 et était dans les
cartons de la secrétaire d'Etat UMP à la Famille Nadine Morano en 2009,
notamment sous la forme d'un statut du beau-parent... avant que la majorité de l'époque ne fasse pression pour saborder le sujet.

A l'époque, le député UMP Jean-Marc Nesme avait accusé Nadine Morano
d'avoir "plié sous la pression du lobby homosexuel", son texte sur le
statut du beau-parent n'étant qu'un subterfuge destiné à la
reconnaissance légale de l'homoparentalité".
Source:http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/31/mariage-gay-contre-verites-dissimulations-concours-mauvaise-foi-assemblee_n_2588424.html?utm_hp_ref=france

POLITIQUE - Le principe du "mariage gay" a été adopté
samedi par l’Assemblée Nationale. Or, surprise, trois députés de droite
ayant voté pour (dont un par erreur) et deux s’étant abstenus (tous
UMP), 94 ont voté contre une innovation qui a été présentée comme une
horreur absolue.


C’est-à-dire que 126 députés de droite ou de centre-droit ont disparu
dans la nature. Apparemment, ils n’ont même pas accordé de délégation
de vote.


Comment expliquer cette évaporation? Comment la justifier, surtout,
quand, à l’appel de l’UMP, des centaines de milliers de ses électeurs
ont bravé le froid et la pluie pour venir défiler à Paris un week-end.
Et ceux-là n’étaient pas payés pour cela, alors que les députés sont
payés pour siéger. Ces députés étaient-ils, par leurs autres fonctions,
appelés à d’autres tâches? Mais, outre que 60 socialistes seulement
étaient absents, voilà qui justifierait amplement l’abolition immédiate
du cumul des mandats.


En fait, deux autres hypothèses permettent d’éclairer ce mystère. La
première : un certain nombre de députés UMP, très minoritaires, et la
majorité des élus de centre-droit sont favorables au mariage pour tous,
mais ne peuvent pas se permettre de le faire savoir. Ils se mettent donc
entre parenthèses. S’auto-dissolvent provisoirement en quelque sorte.


La seconde: plusieurs dizaines de députés UMP, hostiles au mariage
gay, ne veulent pas se mettre en situation de se voir reprocher,
après-demain, leur vote, autrement dit "ringardiser", quand cette
évolution (du moins l’anticipent-ils) sera entrée dans les mœurs et
surtout n’entendent pas se couper, dans l’avenir, de l’électorat
homosexuel.
Source:http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/04/kahn-deputes-droite-mariage-gay-assemblee-nationale_n_2614685.html?utm_hp_ref=france
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mariage pour tous:avancée du projet de loi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mariage pour tous:avancée du projet de loi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Projet professionnel pour un master en édition
» PROJET DE FILM - Days of Gray - Besoin de votre aide pour réaliser un conte islandais!
» Le mariage pour tous
» Idées de coiffures pour mariage!
» Appel pour un projet - 100 happy things

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Montmirail :: Débats :: Actualités-
Sauter vers: