Duché de Montmirail

Forum politique et rpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2779
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?   Mar 3 Juin - 22:47

Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?

En baisse dans les sondages, l'ancien président pourrait bien revenir plus tôt que prévu. Pour Philippe Bilger, le retour de Nicolas Sarkozy contribuer à remobiliser l'électorat de gauche et servir l'actuel président.

On ne peut plus échapper à la psychologie des personnalités qui ont présidé ou président à notre destin collectif. Nicolas Sarkozy hier et François Hollande aujourd'hui. Même si celui-ci n'est à la tête du pays que depuis deux ans, la comparaison est possible, tant l'un et l'autre offrent à l'analyste des traits, des tendances marquées, des forces et des faiblesses contrastées mais clairement identifiables.

A partir de 2007, et de la rupture pour le meilleur et pour le pire qu'a engendrée la pratique de Nicolas Sarkozy, une évolution s'est produite qui, par exemple, a estompé le partage net entre vie privée et vie publique, a libéré la parole, assoupli l'obligation de réserve des agents publics et projeté une lumière non plus anecdotique mais riche d'enseignements sur l'homme dans sa plénitude, et plus seulement sur le responsable politique.

On aboutit à ce paradoxe que, Nicolas Sarkozy ayant été majoritairement honni pour son être et François Hollande élu grâce à cette détestation, c'est maintenant la personnalité même du président qui est ciblée et dénoncée

Alors qu'on pensait que le concept de normalité, s'il avait été lucidement rendu opératoire, aurait pu constituer une piste intéressante pour le quinquennat de François Hollande, on s'est très rapidement rendu compte que ce dernier hésitant demeurait de guingois entre le refus d'un activisme étant sa seule finalité et l'obligation de donner aux Français l'impression qu'ils étaient gouvernés. Entre une agitation erratique et un mouvement maîtrisé. François Hollande n'a pas trouvé son style parce qu'il est tiraillé entre des exigences contradictoires dont aucune ne lui ressemble profondément.

On aboutit à ce paradoxe que, Nicolas Sarkozy ayant été majoritairement honni pour son être et François Hollande élu grâce à cette détestation, c'est maintenant la personnalité même du président qui est ciblée et dénoncée. Il y a comme un étrange rapprochement qui n'est pas le premier entre deux figures apparemment antithétiques du pouvoir.

Un Nicolas Sarkozy formidable candidat en 2007 mais président loin de l'effervescence enthousiasmante des promesses. Un narcissisme, une vanité insupportable. Le sentiment que cette personne que nous avions élue pour redresser la France se préférait sans cesse à celle-ci. De l'énergie, de la force à revendre certes, mais tant d'illisibilité et de désordre dans les foucades, les décrets et les transgressions d'un quinquennat qui se résumait trop souvent à la solitude impérieuse du chef et à la complaisance, voire à l'inconditionnalité des collaborateurs, des ministres et des affidés. Parfois poussés au pire parce qu'on les avait persuadés que la démocratie était moins soucieuse de morale publique que d'efficacité transgressive. Tant de pouvoir pour tant d'abus.

En même temps, lors des crises et pour les six mois où la France a été le moteur de l'Union européenne, une débauche d'efforts, une omniprésence et une agitation qui pour une fois n'apparaissait pas erratique mais au contraire comme la seule modalité possible pour un rythme à la hauteur des enjeux.

Nicolas Sarkozy, un président plausible, à la rigueur, pour les temps troublés à tel point qu'il s'efforçait de rendre en permanence désaccordée une France qui rêvait d'unité et de sérénité. Il a permis de maîtriser certains orages dont il n'était pas responsable mais, par un mouvement fatal de sa nature qui se surestimant se rêvait comme sauveur compulsif, il en a suscité d'autres inutiles et dangereux.

François Hollande, au contraire, un président pour temps calmes si on veut bien ne pas considérer que les interventions militaires ne constituent pas à elles seules la marque d'une maîtrise hors du commun. Il agit mais ne donne pas l'impression d'agir. Il est dur mais donne l'illusion de la mollesse. Il parle mais est perçu plus comme un commentateur que pour un combattant annonçant de l'opératoire. Il se veut, se définit, se juge président mais les Français doutent de lui parce que sa simplicité et sa communication, en dépit d'une gravité parfois composée, le montrent comme un personnage qu'on croit perdu dans un rôle qui serait trop grand pour lui.

Ce qui est non seulement injuste mais faux. Cette impossibilité, pour François Hollande, de faire passer son message et ses volontés de telle manière que la France en soit heureusement persuadée ne vient pas seulement de cette absence de résultats qui, à force, met moins en cause l'impatience du citoyen que l'amateurisme de l'équipe gouvernementale.

Mais surtout de la paroi de verre et d'incompréhension qui, malgré les efforts et la bonne volonté du pouvoir, demeure entre le François Hollande tel qu'il avait été perçu en 2012 et celui qui s'est manifesté, à la fois velléitaire et autoritaire, entre le président de la République et les Français. S'il n'est pas entendu et cru malgré une société qui tend l'oreille et se désespère d'être si peu écoutée, c'est à cause de lui.

Le retour de Sarkozy dans l'espace clairement partisan, magouilles, soupçons et casseroles à ses basques, constituera pour François Hollande, dans cette grisaille morose, la meilleure des nouvelles.
Ce n'est pas un motif pour faire déjà litière de son quinquennat comme si les deux années écoulées obligeaient une partie de la classe politique à adopter une sorte d'opposition à la fois républicaine et factieuse. Le président a été élu et, aussi peu convaincants que sa politique et ses choix puissent être aujourd'hui, il conviendra de ne pas anticiper un hallali auquel certains aspirent avec une vulgarité, une joie mauvaise.

Nicolas Sarkozy, qui ne cesse pas de piaffer depuis la défaite de la droite en 2012, semble enfin avoir décidé de sortir d'une abstention surjouée qui ne trompait plus personne. Il deviendra le président de l'UMP et échappera ainsi à une primaire en 2016. De l'avantage d'avoir été président et d'avoir été défait!

Pour la quinzième fois, il nous affirmera qu'il a changé. Son retour dans l'espace clairement partisan, magouilles, soupçons et casseroles à ses basques, constituera pour François Hollande, dans cette grisaille morose, la meilleure des nouvelles. Celui-ci ne sera plus comparé avec lui-même, sa réalité avec l'espérance d'hier, mais avec un Nicolas Sarkozy s'imposant comme revenant et qui remobilisera contre lui. Rien de tel que cette volonté de revanche pour que se recrée autour du président un consensus, aussi divers et contrasté qu'il ne soit.

François Hollande deviendrait «un problème» pour la gauche. Et si sa solution était un Nicolas Sarkozy trop convaincu, pour s'effacer,de sa nécessité et de sa supériorité sur d'autres décidés enfin à ne plus se laisser rouler dans le mépris ?

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/06/03/31001-20140603ARTFIG00297-et-si-francois-hollande-souhaitait-le-retour-de-nicolas-sarkozy.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1412
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?   Ven 6 Juin - 11:20

Shocked 
S'il y a un point que je dois concéder au Figaro, c'est qu'il sait surprendre: tantôt, on a droit à un tract politique, tantôt on retrouve avec des surprises des articles de qualité, loin de tout partisanerie.

Un article qui n'encense pas Nicolas Sarkozy et ne fustige pas François Hollande, voilà qui est surprenant de la part d'un journal surnommé durant 2007-2012, "La Voix du Royaume".

Avec la crise actuelle, l'UMP est face à un dilemme; faire appel au candidat de 2007, qui avait réussi à fédérer et prendre le risque que l'affaire en cours prennes plus de poids (Nicolas Sarkozy faisant partie des personnes éclaboussés)... ou tenter de faire apparaître un nouveau leader, avec le risque qu'il n'y ait aucune véritable tête de gondole pendant un temps.

Pour le moment, j'ai l'impression que l'affaire de l'UMP va surtout profiter à Marine Le Pen - juste retour des choses, d'une certaine manière: l'UMP et le FN, c'est une drôle de valse, un coup on se repousse, un coup on se trouve des intérêts communs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1126
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?   Ven 6 Juin - 13:12

Eurynome a écrit:
Shocked 
S'il y a un point que je dois concéder au Figaro, c'est qu'il sait surprendre: tantôt, on a droit à un tract politique, tantôt on retrouve avec des surprises des articles de qualité, loin de tout partisanerie.

En est il de même pour "libé" ?  lol! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1412
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?   Lun 9 Juin - 20:39

Jamais mis le nez dans Libé.

Mais bon, le coup de la "clause de conscience", porté par Etienne Mougeotte, ça avait été assez démonstratif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1126
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?   Mar 10 Juin - 15:14

Bof, avec un con comme Mougeotte, c'est "voyant", avec d'autres plus compétents en "langue de bois", c'est plus "sinusoïdal"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si François Hollande souhaitait le retour de Nicolas Sarkozy ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» François Hollande : "Une crise, quelle crise ?"
» Migrants : la lettre ouverte de trois généraux à François Hollande.
» Elections 2012 : Passe d’armes au sujet de l’Otan
» A Olivet, François Hollande " entend " les militaires
» La fin de l’entente cordiale entre François Hollande et Manuel Valls?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Montmirail :: Débats :: Actualités-
Sauter vers: