Duché de Montmirail

Forum politique et rpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le vote obligatoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Le vote obligatoire...   Sam 7 Mar - 13:14

"
« Un apartheid territorial, social, ethnique » est à l'œuvre dans les quartiers populaires. Au lendemain des attentats de Paris, le premier ministre, Manuel Valls, avait voulu frapper un grand coup et rompre avec un discours convenu sur les banlieues.
Alors que M. Valls préside ce vendredi 6 mars un comité interministériel à la citoyenneté et à l'égalité, le député PS du Val-d'Oise Philippe Doucet a de son côté rendu publiques ses « 24 propositions pour lutter vraiment contre l'apartheid ».

Outre autoriser les statistiques ethniques, permettre le « teasing » en entretien d'embauche ou tripler le nombre de fonctionnaires de police issus de l'immigration, Philippe Doucet suggère également dans sa proposition n° 23 de rendre le vote obligatoire afin de « lutter contre la logique de relégation (…) qui conduit nombre d'habitants à s'abstenir lors des élections » :
Citation :
« Rendre le vote obligatoire, comme cela se fait en Belgique, au Luxembourg, en Grèce, en Australie, etc., et rendre automatique l'inscription sur les listes électorales. »

L'approche Française: le vote est un droit.


En France, de fait, le vote obligatoire ne s'applique que pour les élections sénatoriales : les grands électeurs qui s'abstiennent sans raison valable étant condamnés au paiement d'une amende de 100 euros par le tribunal de grande instance, selon l'article 318 du code électoral.

Une exception, car selon l'approche française, le vote est un droit : depuis l'adoption – sans remise en cause ultérieure – du suffrage universel masculin en 1848, complété par celui des femmes en 1944, tout citoyen jouissant de ses droits civiques est libre de participer à un scrutin comme de s'abstenir d'aller voter.

Sauf que la montée continue du taux d'abstention (56 % aux dernières européennes, 38 % aux municipales, 43 % lors des législatives de 2012), qui montre qu'une part grandissante de l'électorat rejette l'offre politique en refusant de se déplacer à un bureau de vote, fait régulièrement revenir la question de la reconnaissance du vote blanc comme celle du vote obligatoire.

Principaux arguments des promoteurs de ce dernier : les candidats, les partis, les leaders auraient aujourd'hui le souci de répondre aux demandes de l'électorat réel, bien plus qu'aux demandes de ceux qui ne votent pas.
En clair, si tout le monde votait, les programmes politiques s'en trouveraient infléchis pour répondre aux souhaits du plus grand nombre, et les élus – aujourd'hui majoritairement des hommes d'un niveau social favorisé – plus représentatifs de leur électorat.


Si la prise en compte du vote blanc a été appliquée aux dernières élections européennes à travers la loi du 21 février 2014, aucun projet de loi sur le vote obligatoire n'a franchi l'étape de la commission des lois.

La proposition de M. Doucet n'est en effet pas nouvelle. Plusieurs parlementaires, de gauche comme de droite, ont déposé des propositions de loi visant à rendre le vote obligatoire depuis une décennie, la dernière soutenue par un groupe de 10 sénateurs socialistes, centristes et UMP – dont l'ancien président du Sénat Christian Poncelet. Qui citait déjà en exemple l'expérience de la Belgique ou de l'Australie – parmi la dizaine de pays chez qui voter est un devoir.

En Belgique, le vote est un devoir


La Belgique est l'exemple le plus ancien, l'obligation de voter y ayant été mise en place en 1893. Au dernier scrutin européen, 89,64 % des Belges se sont déplacés aux urnes. Vitalité démocratique ou peur du bâton ?

Selon le code électoral, tout citoyen belge doit s'inscrire sur les listes électorales, et tout électeur s'abstenant de se rendre aux urnes est passible d'une amende de 30 à 60 euros la première fois ; jusqu'à 150 euros si récidive.

Et la loi ne se contente pas de frapper l'abstentionniste au porte-monnaie, puisqu'elle peut priver de vote pendant dix ans toute personne qui aurait négligé l'obligation de se rendre aux urnes à quatre reprises sur une période de quinze ans. L'abstentionniste ne peut recevoir pendant ce laps de temps ni nomination, ni promotion, ni distinction émanant d'une autorité publique.

Entre les récalcitrants et les personnes ayant motivé leur non-vote pour des raisons médicales ou professionnelles, le taux d'abstention moyen en Belgique se situe autour 10 %.

Mais qu'en serait-il, si, comme en France, l'électeur était libre de s'abstenir ?
Selon une enquête du Baromètre social de la Wallonie, en 2013, seuls 60 % des électeurs Wallons se seraient déplacés à coup sûr lors d'élections communales, contre 53 % pour des élections fédérales, 51 % pour des régionales et 47 % pour des européennes si le vote n'avait pas été obligatoire. Des chiffres globalement stables par rapport à une précédente étude en 2007.
La crainte de voir le taux de participation chuter lourdement semble paralyser les tentatives de réforme menées par les opposants au vote obligatoire en Belgique.

En Australie, 93% de participations

En Australie aussi, le trésor public se charge de demander des comptes aux abstentionnistes. Pris en défaut, l'électeur réfractaire devra justifier son absence dans l'isoloir et pourra recevoir une amende allant jusqu'à 100 dollars (71 euros), voire, dans des cas extrêmement rares, une peine de prison.

Instaurée en 1924, l'obligation de voter permet aujourd'hui au pays d'afficher des taux de participation records : 93,28 % aux dernières législatives de 2013. Mais une minorité résiste : nombre d'électeurs australiens potentiels échappent à leur devoir... en faisant les morts. En effet, l'absence sur les listes électorales n'est plus sanctionnée par une amende.

Ainsi à l'occasion du centenaire de l'inscription obligatoire sur les listes électorales, en 2012, le site de la commission électorale australienne révélait que quelque 1,5 million d'Australiens éligibles manquaient à l'appel sur les listes électorales (pour 13 millions de votants en 2013).

Mais la contestation s'intensifie. Certains activistes vont jusqu'à refuser de payer leur amende, refusant que la démocratie participative se résume à une contrainte.

Autre critique, celle qui émane des petits partis, qui craignent que le vote obligatoire ne pousse vers les partis de premier plan des électeurs en manque de connaissances et d'intérêt pour la politique. 
Reste que plus de 70 % des Australiens se disent attachés au vote obligatoire, quel que soit leur milieu social. Un chiffre qui n'a pas baissé depuis plus de quarante ans.

En France, l'institut de sondage IFOP a interrogé, pour Valeurs actuelles, ceux qui s'apprêtaient à s'abstenir aux élections européennes du 25 mai 2014. En cas de vote obligatoire, les abstentionnistes auraient voté... comme ceux qui ont voté, le FN faisant la course en tête, devant l'UMP et le PS."

Source: http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/06/le-vote-obligatoire-changerait-il-quelque-chose_4588553_4355770.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Sam 7 Mar - 15:08

Le vote obligatoire, bon...et le vote blanc, il serait comptabilisé ? cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2592
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Sam 7 Mar - 21:45

C'est vouloir casser le thermomètre sous prétexte de s'en prendre à la fièvre.

Pourquoi voter pour des hommes politiques qui ont délégué à Bruxelles la souveraineté française ?

Pourquoi voter quand un référendum rejetant le traité de Maastricht est annulé par l'adoption par le parlement du traité de Lisbonne au même contenu ?

Pourquoi voter pour des gens qui se rendent chaque année en procession au dîner du CRIF ?

De toute façon, nous en sommes encore à deux tiers de participation, ce qui est remarquable quand on sait combien nos dirigeants se foutent de l'opinion du peuple.

http://www.france-politique.fr/participation-abstention.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Dim 8 Mar - 16:43

Pierrot (lunaire) a écrit:
Le vote obligatoire, bon...et le vote blanc, il serait comptabilisé ?
La volonté de véritablement prendre en compte le vote blanc ne fait pas partie du texte de Philippe Doucet; le texte est visible ici:
http://www.lemonde.fr/banlieues/article/2015/03/06/les-propositions-d-un-depute-ps-contre-l-apartheid-territorial-social-et-ethnique_4588463_1653530.html
(avant-dernière page, troisième proposition).

Pour l'instant, de par la loi du 21 février 2014, le vote blanc est décompté mais n'est pas comptabilisé avec les autres votes. Il peut servir d'indice statistique mais c'est tout. study

Ysaline de Montmirail a écrit:
Pourquoi voter pour des hommes politiques qui ont délégué à Bruxelles la souveraineté française ?
Si certains des partis politiques en lice ont justement pour projet de se séparer de la tutelle de Bruxelles, avouez que ça vaut le coup!
Ceci dit, il est vrai qu'en France, traditionnellement, les partis négligent le scrutin Européen pour se concentrer sur les mandats nationaux - heureusement, ça a l'air de bouger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Lun 9 Mar - 14:35

Eurynome a écrit:
Ysaline de Montmirail a écrit:
Pourquoi voter pour des hommes politiques qui ont délégué à Bruxelles la souveraineté française ?
Si certains des partis politiques en lice ont justement pour projet de se séparer de la tutelle de Bruxelles, avouez que ça vaut le coup!

Le FN ? cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Dim 15 Mar - 17:49

Entre autres, oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Dim 19 Avr - 9:37

J'apporte ici un avis du Président du Cercle des Constitutionnalistes:


L'idée du vote obligatoire ressurgit depuis un siècle, partageant d'ailleurs les opinions de droite et de gauche. Elle s'inspire le plus souvent de considérations désintéressées, mieux faire vivre la démocratie en luttant contre l'abstention -qui n'est pas un problème par exemple aux Etats-Unis, et parfois se nourrit de motifs plus prosaïques: comment gagner des voix lorsqu'elles viennent à manquer, faire baisser le Front national, relégitimer à coups de forceps des professionnels de la politique qui doutent d'eux-mêmes.

Derrière la beauté du geste, il y a les petits et grands intérêts dans ce qui ressemble à une sortie de secours. Quand il fait trop chaud, dit un adage populaire, on casse le thermomètre.

Mais de quelle abstention parle-t-on alors que les élections se sont multipliées depuis 1958 sans que l'on comprenne toujours à quoi elles servent (régionales, européennes) et que les "calendriers" ont parfois été bousculés?

Les citoyens se mobilisent quand ils savent pourquoi ils votent. L'élection présidentielle connaît un taux d'abstention très faible de 15,7% en 1965 et 20,52% en 2012.De même, les référendums mobilisent largement, lorsque l'enjeu est clair et important: 30,6% pour le Traité constitutionnel européen en 2005 et, au contraire, 69,8% en 2000 sur le quinquennat, joué d'avance.

Aux européennes de 1979, le taux de participation était de 39,29%, de 56,5% en 2014 et le plus fort fût de 59,37% en 2009. Ne faudrait-il pas aussi s'interroger sur un mode de scrutin difficilement compréhensible et un découpage de "super régions" qui ne correspondent pas à grand chose, sinon à un calcul arithmétique? Pour les cantonales, le taux d'abstention était de 46% en 1961 (avec un renouvellement par moitié) et près de 49,8 en 2015 ce dans le cadre d'un mode de scrutin nouveau et sans que les compétences des futurs élus soient définis.

Pour les municipales la chute est certaine: de 39% en 2014 contre 26% en 1959. Enfin, s'agissant des législatives, le taux a particulièrement chuté avec le "renversement du calendrier": elles suivent et valident simplement l'élection "reine":44,6% d'abstention en juin 2012 et 15,1% en 1978, élection de mi-mandat présidentiel.

Dire cela ne signifie pas qu'il faille nier une tendance générale à la baisse de la participation électorale en Europe qui touche même depuis les années 2000 la Belgique où le vote est obligatoire... On en connaît les causes: désaffection d'une partie des citoyens vis-à-vis du politique mais aussi mauvaise intégration sociale de populations marginalisées: les plus jeunes, les plus démunis.
Comment les replacer dans le droit chemin? Par une amende censée être honorable. Et s'agissant des personnes les plus modestes et qui ne payent pas d'impôt, l'idée du vote obligatoire n'est pas seulement indécente mais, en stigmatisant les plus humbles à proprement parler, réactionnaire.

Le vote obligatoire n'a d'abord rien de moderne et plusieurs Etats l'ont abandonné de l'Espagne à l'Italie, des Pays-Bas à la Hongrie. Pourtant, au soutien de cette idée, deux exemples sont régulièrement cités: la Belgique et l'Australie, outre la Grèce où il n'existe aucune sanction en cas de non-respect de l'obligation de voter. La Belgique est passée d'un coup en 1893 du suffrage censitaire au suffrage universel direct, assorti du vote obligatoire parce que considéré comme une "conquête du mouvement ouvrier".

Aujourd'hui, sa suppression fait l'objet d'un large débat mais aussi d'une application plus souple permettant à l'abstention d'augmenter... Le manquement l'obligation de voter est sanctionné chez nos voisins par une amende de 5 à 10 euros la première fois, puis de 25 euros. En cas de récidive dans une période de 15 ans, le citoyen peut-être déchu de ses droits civiques pour une période de 10 ans et le fonctionnaire se voit interdit toute possibilité de promotion: de quoi aller voter.
En France, par exemple, la proposition déposée par M. De Rugy consiste en une amende de 35 euros mais avec une possible minoration à 22 euros ("comme quand on se gare mal"):encore faut-il avoir une voiture.

En Australie, le non-paiement de l'amende est susceptible d'une peine de prison, rarement appliquée à ces "objecteurs de conscience" d'un autre genre. Au préalable, le citoyen non-votant reçoit une lettre dans laquelle il lui est demandé d'expliquer la raison de son absence alors qu'en Belgique, le contrevenant se retrouve immédiatement devant le juge de paix pour expliquer la raison de son absence.

Est alors statué sur son cas et la nature éventuelle d'une sanction. Au pays du paquet neutre, l'administration écrit au contrevenant pour lui demander de s'expliquer et si la raison invoquée n'est pas considérée comme légitime, l'amende est exigée... En Italie, durant la période où ce pays appliquait le vote obligatoire, les noms des récalcitrants étaient affichés sur des panneaux devant la Mairie.

Le résultat est certes assuré: un taux d'abstention d'environ 10% en Belgique mais à quel prix? Et en Australie, cependant, un parti du droit de s'abstenir s'est créé.
Le vote obligatoire est un cataplasme sur une jambe de bois en ne faisant que traiter le symptôme du malaise qu'est l'abstention, sans traiter ses causes multiples. Il augmente la quantité d'électeurs comme on force un troupeau de moutons à s'empêcher de s'enfuir.

Il transforme un devoir moral en une injonction qui n'est pas thérapeutique mais possède un avant-goût de totalitarisme. D'ailleurs, quand dans ces colonnes le directeur de la Fondation Jean Jaurès parle "d'enclencher une dynamique vertueuse", on a froid dans le dos, dans tous les sens du terme tandis qu'il "faut réfléchir à ce que pourrait être une sanction significative à l'échelle de notre pays -du type d'une contravention de 2e, 3e ou 4e classe, le débat reste ouvert. Mais il faut réfléchir aussi à ce que pourrait être une sanction de substitution cohérente avec l'obligation elle-même, par exemple, la possibilité de transformer la sanction financière en travail d'intérêt général".

Tout est dit. Le devoir moral se coulera dans le béton du code pénal: voilà qui favorisera probablement la "démocratie participative" tout autant que la confiance de nos concitoyens dans nos institutions."
Source: http://www.huffingtonpost.fr/dominique-chagnollaud/vote-obligatoire-france_b_7084980.html?utm_hp_ref=france
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2592
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Jeu 23 Avr - 20:36

Cet exposé souffre d'une absence de réflexion sur la reconnaissance du vote blanc qui devrait être compté à part des bulletins invalides.

Se déplacer pour voter blanc a tout de même une signification.

Et puis l'histoire nous offre plusieurs exemples d'animaux élus par des électeurs mécontents :

http://en.wikipedia.org/wiki/Non-human_electoral_candidates

Bosco Ramos was a dog elected honorary mayor of the unincorporated community of Sunol, California, United States. He was a black Labrador retriever and Rottweiler mix, usually known simply as "Bosco". Bosco defeated two humans to win the honorary mayoral election in 1981, and served until his death in 1994. Bosco achieved international attention in 1984 when the British tabloid the Daily Star covered his election, describing Sunol as "the wackiest town in the world." He appeared with his owner, Tom Stillman, as a contestant on the game show 3rd Degree, where the panelists failed to guess Bosco's occupation. In 1990, the Chinese newspaper the People's Daily reported on his tenure as an alleged example of the failings of the American electoral process, but in response, Sunol residents commented that the dog's office was "merely a joke". A statue of Bosco was erected in front of the town Post Office in 2008.

http://en.wikipedia.org/wiki/Bosco_the_dog


En 1959, le rhinocéros Cacareco arriva en tête des suffrages aux élection municipales de Sao Paulo.

http://hoaxes.org/archive/permalink/cacareco_the_rhinoceros
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Dim 26 Avr - 14:14

Wow, là, j’apprends un truc!
J'ignorais que des animaux avaient réussi à atteindre des postes électoraux.
...
Les discours lors des évènements officiels devaient vraiment être quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Lun 27 Avr - 14:38

Eurynome a écrit:
Wow, là, j’apprends un truc!
J'ignorais que des animaux avaient réussi à atteindre des postes électoraux.
...
Les discours lors des évènements officiels devaient vraiment être quelque chose.


A lire et à relire :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   Ven 1 Mai - 16:06

A voir, aussi:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le vote obligatoire...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le vote obligatoire...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vote obligatoire
» Pour ou contre le vote obligatoire ?
» stage obligatoire à l'étranger?
» Visite obligatoire pour la CAF?
» Formation obligatoire hygiène et salubrité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Montmirail :: Débats :: Culture et philosophie-
Sauter vers: