Duché de Montmirail

Forum politique et rpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Lun 11 Jan - 16:35

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/jean-birnbaum-la-manifestation-interdite-du-11-janvier-10-01-2016-2008604_1913.php


Le journaliste analyse le "silence religieux" d'une gauche incapable de penser le djihadisme sans sombrer dans le déni ou l'excuse sociale.


"Cette gauche plante un poignard dans le dos des intellectuels musulmans qui refusent l'avilissement de leur religion." © Astrid di Crollalanza


La gauche n'appréciera pas cet essai, l'un des plus cruels pour elle depuis des lustres, parce qu'empreint d'une vérité longtemps tue. Ce livre est d'autant plus éloquent qu'il est l'oeuvre d'un journaliste, Jean Birnbaum, que la gauche ne peut suspecter d'appartenir au camp ennemi. Dans Un silence religieux (Seuil), le rédacteur en chef du Monde des livres analyse méthodiquement l'incapacité de la gauche, aussi bien révolutionnaire que réformiste, à penser le religieux, depuis la révolution algérienne jusqu'à l'avènement de l'État islamique. Les récents attentats ? « Rien à voir avec l'islam », jure François Hollande. Le djihadisme qui tente nombre de Français ? « Un mode de rébellion des opprimés », selon la gauche mélenchonienne. Jamais la foi n'est prise au sérieux ; l'excuse sociale explique tout. Le paternalisme aveugle en même temps qu'il rend muet. Fort des travaux de Derrida et des nouveaux penseurs de l'islam, Birnbaum, qui refuse l'amalgame, postule que l'on peut aisément « dissocier la foi musulmane de sa perversion islamiste » et dire que, oui, le djihadisme c'est l'islam. À condition de rompre le silence.


Le Point : Dans son essai Qui est Charlie ?,Emmanuel Todd décrit le rassemblement du 11 janvier comme une mobilisation de « catholiques zombies », scandant leur droit de blasphémer l'islam, la religion « des plus faibles ». Vous, Jean Birnbaum, vous épousez la thèse quasi inverse : le 11 janvier a été, écrivez-vous, « une manifestation interdite », comme sidérée, qui observa, de ce fait, un « silence religieux ». Or on se souvient qu'il y eut ce jour-là des pancartes, des mots d'ordre et, oui, la revendication d'un droit au blasphème...


Jean Birnbaum : Je ne nie pas cela. Mais nous avons été très nombreux à être frappés par l'immense silence qui régnait ce jour-là. Un silence qui relevait d'abord du recueillement, mais qui touchait aussi à autre chose : la sidération, la difficulté à mettre des mots sur ces événements, voire l'incapacité à nommer les choses.


Certes, mais le recueillement n'est pas votre propos...


J. B. : Si les attentats avaient été commis par un mouvement d'extrême droite ou par des idéologues du type Breivik, on aurait assisté à des manifestations très différentes. Les slogans se seraient imposés d'eux-mêmes, les mots d'ordre auraient été tout trouvés. Le 11 janvier, les manifestants, renonçant à désigner la menace, se sont réfugiés dans le silence. Emmanuel Todd a cru pouvoir faire parler ce silence, qu'il a décrit comme une stigmatisation de la religion des faibles. En réalité, et c'est ma thèse, ce silence ne stigmatisait aucune religion, il était lui-même religieux, deux fois religieux même : par sa ferveur, d'abord ; et surtout parce qu'il exprimait le gigantesque déni qui concerne désormais le facteur religieux dans nos sociétés.


Briser ce silence aurait ressemblé à quoi ?


J. B. : Plutôt que de le briser, il s'agit d'en décrire les ressorts. François Hollande et Laurent Fabius ont martelé que les attentats n'avaient « rien à voir » avec la religion en général et avec l'islam en particulier. D'autres nous ont expliqué que ces actes terroristes étaient le fait de jeunes paumés qui avaient trop joué aux jeux vidéo ou trop fréquenté Facebook. « Barbares », « énergumènes », « psychopathes » : tous les qualificatifs étaient bons pour écarter la référence à la foi. Il y eut, pour le coup, une vraie cohérence entre le sommet de l'État et beaucoup d'experts s'agissant de ce que j'appelle « le rien-à-voirisme », comme on parle d'à-quoi-bonisme... Quand l'impossibilité de dire les choses vient d'en haut, on appelle cela un interdit. Voilà pourquoi on peut affirmer que la manifestation du 11 janvier, bien qu'organisée par les plus hautes autorités, fut une « manifestation interdite », au sens où l'on dit de quelqu'un qu'il reste interdit, coi, médusé...


Quelle est l'origine de ce silence religieux ? La couardise ? le politiquement correct ? le cynisme ?


J. B. : Rien de tout cela, à mon sens. Chez les politiques, il relève d'abord d'un réflexe louable, qui vise à prévenir l'amalgame entre islam et terrorisme, et les violences sur lesquelles ces amalgames mortifères peuvent déboucher. Mais ce discours est à double tranchant. Il prend à revers tous les intellectuels musulmans qui se battent, à l'intérieur même de l'islam, pour dissocier leur tradition de sa perversion djihadiste. Sutout, je crains que le problème ne soit plus profond. Il touche au rapport que la gauche entretient à la religion : le plus souvent, elle est incapable de l'envisager comme une cause à part entière ; son premier réflexe est de rabattre la croyance sur autre chose qu'elle-même, d'en faire un simple « symptôme » social, (géo)politique... Mon propos n'est pas de nier que le djihadisme ait des causes sociales ou économiques. Mais évacuer le religieux comme force autonome, c'est escamoter un aspect essentiel.


De quelle gauche parlez-vous ?


J. B. : Malgré des figures d'exception comme Ferdinand Buisson ou Jean Jaurès, toutes les gauches, en France, qu'elles soient réformistes, révolutionnaires, tiers-mondistes... se sont bâties sur l'idée que l'émancipation sociale est d'abord une émancipation à l'égard du religieux. Et aujourd'hui, elles partagent globalement une même incapacité à prendre le religieux au sérieux. Autrefois, des philosophes comme Michel Foucault, Jacques Derrida ou Claude Lefort incarnaient une gauche intellectuelle qui explorait les liens entre le théologique et le politique. Aujourd'hui, Étienne Balibar est l'un des rares à ne pas faire l'impasse sur la question.


Les intellectuels dits de droite brisent, eux, le silence et ne s'embarrassent d'aucun refoulement...


J. B. : Certains intellectuels conservateurs prennent la religion au sérieux : citons des savants comme Rémi Brague ou Pierre Manent. Du côté de figures plus médiatiques, beaucoup d'auteurs qui prétendent aborder le sujet de front passent en réalité à côté. L'exemple le plus absurde est celui des auteurs « islamophobes » du type Zemmour, qui confondent islam et islamisme : leur discours est très idéologique, en fait ils parlent peu de la religion comme croyance vécue, comme élan spirituel, rapport aux textes sacrés... Autre exemple édifiant, si j'ose dire : Houellebecq. Tout le monde voit dans Soumission une charge contre l'islam, mais l'islam, en tant que fait spirituel, est absent de son livre ! Il n'y a pas un personnage de son roman qui ait un rapport à la spiritualité. L'islam, sous sa plume révulsée, devient une sorte de passe-droit politique, mondain, sexuel, qui permettrait d'avoir plusieurs femmes ou de faire carrière à la Sorbonne... À sa manière, Houellebecq est donc l'héritier de cette tradition qui refoule le religieux.


Vous évoquez « les nouveaux penseurs de l'islam », des musulmans comme Rachid Benzine, Abdennour Bidar... Par ce silence, la gauche les a-t-elle trahis ?


J. B. : En ânonnant que le terrorisme djihadiste « n'a rien à voir » avec l'islam, les politiques n'orchestrent pas seulement une dangereuse dénégation, ils plantent un poignard dans le dos de tous les intellectuels et théologiens musulmans qui ne se résolvent pas à regarder s'avilir leur religion. Ces penseurs sont bien conscients, eux, que les attaques menées au nom de l'islam ont précisément à voir avec la guerre qui déchire de l'intérieur cette religion. Il y a par ailleurs des attaques insupportables d'une certaine gauche postcoloniale contre ceux qu'elle qualifie de « bons Arabes » ou « d'Arabes de service ».


À vous lire, la révolution et la lutte contre les injustices se font désormais à Raqqa et non plus en Amérique latine...


J. B. : Partout où l'islamisme a triomphé, il n'est plus rien resté de la gauche, de toutes les gauches, réformistes ou révolutionnaires. De ce point de vue, toutes les politiques qui se réclament de l'islam lancent un rude défi à la gauche. Longtemps, celle-ci a cru pouvoir surpasser ses concurrents religieux : elle avait pour elle le marxisme, elle pensait maîtriser les lois de l'Histoire et aimanter toutes les révoltes. Mais plus le temps a passé, plus l'espérance religieuse a semblé prendre le relais sur le désir d'émancipation sociale. Quand la révolution s'absente, la rédemption est au rendez-vous. De ce point de vue, la montée en puissance du djihadisme représente, pour les femmes et les hommes de gauche, non seulement une menace, mais une humiliation. Car les djihadistes prétendent lutter contre l'injustice, ils sont porteurs d'une espérance radicale et sans frontières. Bien plus : aujourd'hui, leur cause est la seule pour laquelle des milliers de jeunes du monde entier sont prêts à aller mourir loin de chez eux. Comment en est-on arrivé là ? C'est la seule question qui compte. Mais la gauche, longtemps si fière de sa tradition internationaliste, ne semble guère pressée d'y répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Dim 17 Jan - 17:24

Interview intéressante, pourrait faire office de préambule sur "Qu'est ce que la Foi?". study

L'article a écrit:
Jamais la foi n'est prise au sérieux ; l'excuse sociale explique tout.[...]D'autres nous ont expliqué que ces actes terroristes étaient le fait de jeunes paumés qui avaient trop joué aux jeux vidéo ou trop fréquenté Facebook.
[size]
Le fait est que certains de jeunes embrigadés par Daesh n'avait pas de liens direct avec l'Islam.
On a d'ailleurs souvent comparé les méthodes de l'Etat Islamique (vis à vis des jeunes) à celle des sectes.


[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Dim 17 Jan - 18:31

Eurynome a écrit:

Le fait est que certains de jeunes embrigadés par Daesh n'avait pas de liens direct avec l'Islam.



Ue si longue (et développée ) interview, pour en arriver à ça...Incorrigible ! jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Dim 24 Jan - 11:14

Les sectes s'appuient sur le malheur des personnes qu'elles approchent pour faire opérer leur bourrage de crâne: situation sentimentale/familial, échec scolaire/professionnel...
En l’occurrence, j'aurais effectivement tendance à dire que la foi, en ce qui concerne les jeunes embrigadés par Daesh, repose sur des problèmes sociaux.

Et vous? Que tirez-vous de cette interview?
Saisissez donc votre clavier et rédigez donc votre avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Dim 24 Jan - 14:38

Je ne vois pas ce que je pourrais rajouter au brillant exposé du monsieur...Vous tenez à parler de secte pour amoindrir, diminuer le constat fait dans l'article...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2598
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Lun 25 Jan - 20:24

Les Témoins de Jéhovah recrutent chez des catholiques et Daesh chez des musulmans.

Il faut tout de même être un peu bigleux pour le nier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Mar 26 Jan - 17:56

Ah...les témoins de Jéovah, ils ont autant de succès, dans le recrutement ? Et les témoins de Jéovah, quoique pénibles, ils tirent à la kalach' dans les rues sur les femmes et les enfants ? Ils se font exploser ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2598
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Mar 26 Jan - 18:57

Leur religion n'est pas celle d'une société.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1090
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Mer 27 Jan - 15:32

Tout à fait, et donc l'article traitait justement des religions "de société" que notre bien pensance voudrait amoindrir le phénomène, et même nier cette réalité, ou tout du moins l'occulter....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1363
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   Dim 31 Jan - 12:34

Pierrot (lunaire) a écrit:
Vous tenez à parler de secte pour amoindrir, diminuer le constat fait dans l'article...
Nope, juste pour expliquer comment un mouvement qui massacre des populations et programme des attentats arrive à recruter des personnes ayant reçu une éducation républicaine. Comment des ultratraditionalistes, qui rêvent de rétablir l'époque du Prophète, arrivent à avoir dans leurs rangs des jeunes ayant grandi dans un monde de liberté et de technologie. Comment des "fachos misogynes" arrivent même à recruter des femmes pour leurs attentats.
Comment des jeunes n'ayant pas ou peu de sentiment religieux se retrouvent à tuer au nom d'Allah.
Ysaline de Montmirail a écrit:
Leur religion n'est pas celle d'une société.
C'est même contraire à leurs principes: les Témoins de Jéhovah se représentent le "monde extérieur" comme étant corrompu, toute action politique est condamné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Birnbaum :La manifestation interdite du 11 Janvier...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manifestation contre le dumping social le 23 janvier
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.
» intervention de Jean Lassalle
» Saint-Jean-de-la-Neuville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Montmirail :: Débats :: Actualités-
Sauter vers: