Duché de Montmirail

Forum politique et rpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un racisme imaginaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1136
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Un racisme imaginaire   Jeu 2 Mar - 15:44

Un racisme imaginaire
La querelle de l'islamophobie

Pascal Bruckner

 

Depuis trente-cinq ans, le terme d’« islamophobie » anéantit toute parole critique envers l’islam. Il a pour double finalité de bâillonner les Occidentaux et de disqualifier les musulmans réformateurs.
Une grande religion comme l’islam n’est pas réductible à un peuple puisqu’elle a une vocation universelle. Lui épargner l’épreuve de l’examen, entrepris depuis des siècles avec le christianisme et le judaïsme, c’est l’enfermer dans ses difficultés actuelles. Et condamner à jamais ses fidèles au rôle de victimes, exonérées de toute responsabilité dans les violences qu’elles commettent.
Démonter cette imposture, réévaluer ce qu’on appelle le « retour du religieux » et qui est plutôt le retour du fanatisme, célébrer l’extraordinaire liberté que la France donne à ses citoyens, le droit de croire ou de ne pas croire en Dieu : tels sont les objectifs de cet essai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1136
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Un racisme imaginaire   Jeu 2 Mar - 15:44

« Un nouveau mot avait été inventé pour permettre aux aveugles de rester aveugles : l’islamophobie. Critiquer la violence militante de cette religion dans son incarnation contemporaine était considéré comme du fanatisme. »
Salman RUSHDIE,
Joseph Anton (Plon, 2012, p. 400).


Islamophobie : le terme existait dès le XIXe siècle, ce qui explique son emploi spontané par les fonctionnaires de l’Empire. Quant à son antonyme, l’islamophilie, elle est une constante de l’histoire européenne fascinée par la civilisation islamique. Mais, après la révolution khomeyniste, le vocable d’islamophobie connaît une mutation et se transforme en arme de guerre. Entre l’expulsion de Kate Millett, féministe américaine, de Téhéran en 1979, parce qu’elle protestait contre l’imposition du voile aux Iraniennes, et l’affaire Rushdie en 1988, qui éclate sous l’impulsion des musulmans britanniques, ce mot dormant a soudain été réveillé pour ressusciter sous une autre forme. Un substantif n’appartient pas à qui l’a créé mais à qui l’a réinventé, pour en populariser l’usage. Ce rajeunissement lexical permet de faire coup double : stigmatiser les traîtres à la foi coranique d’une part, imposer le silence aux Occidentaux impies, de l’autre.


La critique d’une religion relève de l’esprit d’examen mais certainement pas de la discrimination. Frapper un fidèle est un délit. Discuter d’un article de foi, d’un point de doctrine, est un droit. Confondre les deux constitue un amalgame insupportable. Imaginons qu’au XVIIIe siècle l’Église ait répondu aux attaques de Voltaire, Rousseau, Diderot, d’Alembert et consorts par une accusation de « racisme » (le mot n’existait pas à l’époque). Imaginons que la même défense ait perduré jusqu’au XXe siècle et qu’à chaque remise en cause de la Bible par les libres-penseurs, les autorités ecclésiastiques aient répondu par le crime de christianophobie pour censurer l’expression de ces arguments. La chrétienté serait restée congelée, figée tel un vaisseau fantôme, incapable d’évoluer, de reconsidérer son héritage. Ce sont les attaques de ses adversaires qui l’ont régénérée, réveillée de son long sommeil dogmatique.
Avouons-le : l’entreprise menée ici peut sembler d’avance perdue. Le vocable d’islamophobie est entré dans le lexique mondial. Il est devenu ce bouclier juridique, politique, qui permet de parer à toutes les critiques. Ce n’est pas une raison pour renoncer. Il arrive que les langues tombent malades, on l’a vu dans l’histoire des totalitarismes au XXe siècle. Pour reprendre un mot de Camus, répété à satiété : « Mal nommer les choses, c’est contribuer au malheur du monde. »

 Le combat est d’abord philosophique : quiconque s’empare des mots s’empare des cerveaux et installe le mensonge au cœur de la langue. Les fondamentalistes ont provisoirement gagné la bataille du vocabulaire. Il est encore temps de détraquer cette mécanique trop bien huilée.

Dans un mouvement déjà remarqué par les plus lucides, Paul Yonnet, Pierre-André Taguieff, l’antiracisme ne cesse de racialiser toute forme de conflit ethnique, politique, sexuel ou religieux. Il recrée en permanence la malédiction qu’il prétend combattre. Étrange mécanisme dont il faudrait retracer la généalogie, vraisemblablement liée à l’échec du projet communiste. Partout la lutte des races semble supplanter la lutte des classes, comme le redoutait déjà Raymond Aron, il y a soixante ans. Tout est devenu racial, les cultures, les religions, les communautés, les préférences sexuelles, les pensées, les habitudes alimentaires.

Grande mutation des temps modernes : dans nos pays, les politiques de l’identité tendent à remplacer l’aide aux défavorisés. Le Peuple, tel qu’il fut mythifié par la gauche et les républicains, disparaît au profit des minorités. Partout l’ethnique supplante le social, l’éthique le politique, la mémoire vive l’histoire froide. Partout s’installe la détestable habitude de se définir par ses origines, son identité, sa croyance. On réaffirme la différence au moment où l’on veut asseoir l’égalité, au risque de reconduire malgré soi les anciens partis pris attachés à la couleur de peau, aux coutumes. Cette tendance est contemporaine de l’explosion du judiciaire dans le monde moderne. Le tribunal devient le lieu de la réparation qui dédommage les victimes et cloue au pilori les scélérats qui ont osé franchir la ligne. Si le procès est devenu, à l’âge démocratique, la figure pédagogique par excellence, c’est que chacun y défend la cause la plus chère qui soit, lui-même, et expose devant témoins sa souffrance, ses humiliations. Le trio de l’Avocat, du Juge et du Plaignant consacre les prétoires comme la scène emblématique de l’aventure humaine, à l’âge de l’identité.


Qu’est-ce que le politiquement correct ? L’allergie à la nomination, l’escamotage des difficultés, l’impossibilité de dire les choses sinon par métaphore, déplacement, amphigourisme. On floute les mots comme on floute les organes génitaux sur certaines statues, comme on cachait les pieds des pianos à l’époque victorienne pour ne pas heurter la bonne société. Dire ce qui est, dire ce qu’on voit serait choquant. C’est exactement ce que signifie le verbe « stigmatiser » qui veut dire parler de ce qui devrait être passé sous silence. On « stigmatise » dès qu’on désigne un problème. Songeons que le président Obama, comme d’ailleurs François Hollande, durant leurs mandats respectifs, furent incapables de parler de « terrorisme islamique » ou « d’islam radical » mais usèrent toujours d’expressions contournées ou neutres pour qualifier nos ennemis. Le tabou contemporain ne prétend pas sanctuariser seulement des croyances ou des idées mais des pans entiers du réel. Dans certaines universités américaines, par exemple, le simple usage de l’expression « islamisme » ou « islam radical » est interdit par les autorités.

La querelle de l’islamophobie est révélatrice enfin d’un autre phénomène : le surgissement continu de « nouveaux racismes » que l’on enregistre avec une fébrilité anxieuse. Voilà ce mot atteint d’obésité galopante et qui avale dans sa définition toutes sortes de comportements, d’attitudes, de rites qui ne lui étaient pas liés jusque-là. L’antiracisme, pareil à l’humanitaire, est un marché en pleine expansion où chaque groupe, pour exister, doit exciper d’une blessure qui le singularise. Ce ne sont plus des associations de citoyens qui s’allient pour combattre le racisme, ce sont des lobbies confessionnels ou communautaires qui inventent de nouvelles  formes de discriminations pour justifier leur existence, recevoir le maximum de publicité, de réparations. Claude Lévi-Strauss le disait déjà : « Rien ne compromet davantage, n’affaiblit de l’intérieur et n’affadit plus la lutte contre le racisme que cette façon de mettre le terme à toutes les sauces en confondant des théories fausses mais explicites avec des inclinations, des attitudes communes dont il serait illusoire d’imaginer que l’humanité puisse un jour s’affranchir. » L’antiraciste conséquent est un limier qui déniche chaque matin une nouvelle forme de ségrégation, tout heureux d’avoir rajouté cette nouvelle espèce à la grande taxinomie de la pensée progressiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2904
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Re: Un racisme imaginaire   Jeu 2 Mar - 20:15

Je n'ai encore entendu aucun homme politique se défendre d'être islamophobe.

Cela ne peut pas prendre, d'une part parce que c'est une religion barbare et d'autre part parce que l'on est obligé de taper sur l'islam et non sur les Arabes pour ne pas être traité de raciste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierrot (lunaire)
Baron
avatar

Messages : 1136
Date d'inscription : 10/09/2013
Age : 103
Localisation : Pantruche

MessageSujet: Re: Un racisme imaginaire   Ven 3 Mar - 15:11

Le livre (et eurynome) démontrent pourtant que même en prenant la précaution de ne taper que sur l'islam (le plus rétrograde) on est quand même taxé de wacisme !  Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un racisme imaginaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un racisme imaginaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le malade imaginaire
» Le racisme
» Scène de racisme ordinaire
» Le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme, l'islamophobie et leurs amalgames.
» RACISME DANS LES UNITÉS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Montmirail :: Débats :: Actualités-
Sauter vers: