Duché de Montmirail

Forum politique et rpg
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Manuel Valls à Berlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysaline de Montmirail
Duchesse
avatar

Messages : 2906
Date d'inscription : 26/10/2012

MessageSujet: Manuel Valls à Berlin   Mer 10 Juin - 16:11

Aller-retour à Berlin : la faute politique de Manuel Valls

En matière de voyages privés, la règle est claire. Mieux vaut que le président et le Premier ministre empruntent les avions de la République, à condition qu'ils remboursent le prix des billets. Pourtant, Manuel Valls s'accroche à sa ligne de défense.

Pour un Premier ministre habitué à accélérer, il n'y a pas pire situation. Etre embourbé et continuer à foncer tête baissée, c'est la garantie de se retrouver pris au piège, au fond de l'ornière. Ses ministres ont beau lui lancer des cordes, Manuel Valls se plante jour après jour dans une polémique qui aurait pu s'éteindre en quelques heures sans emprunter la sainte Trinité des scandales d'aujourd'hui : tweets indignés de l'opposition, détournements et blagues, phrases assassines de son propre camp délivrées en off.

Comment Manuel Valls aurait-il pu s'en sortir? En remboursant dès lundi le prix des billets de cet aller-retour express Poitiers-Berlin emprunté pour assister à la finale de la Ligue des champions. Au lieu de cela, la majorité a lancé le concours Lépine des meilleures excuses. Il y eut la réunion de travail pour l'Euro 2016 avec Michel Platini, le lobbying pour faciliter l'élection de ce dernier à la tête de la Fifa, la préparation de la candidature française aux JO de 2024 et le simple moment de détente d'un Premier ministre qui se donne à fond dans son job. Le ministre des Sports, pas rancunier de ne pas avoir trouvé de place dans le Falcon, a lui demandé que l'on fasse preuve "d'humanité" à l'égard de Manuel Valls.

Un remboursement sans grille de prix

Les règles sont pourtant claires en matière de déplacements du président et du Premier ministre. Le 16 juillet 2009, Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes, présente le rapport annuel du budget de la présidence de la République. "Le mieux est l'ennemi du bien", lance-t-il. Si contraindre le président et le Premier ministre à emprunter les lignes régulières pour leurs déplacements privés répond "aux attentes de l'opinion", cette option est "paradoxalement plus coûteuse". Il faudrait réserver des billets pour la petite dizaine d'accompagnateurs (médecin, agents de sécurité). Un avion de la République, à vide, suivrait par ailleurs l'appareil au cas où le "PR" ou le "PM" doive subitement changer de destination. Autant emprunter l'avion officiel, conclut Philippe Séguin, quitte à rembourser des "billets fictifs sur la base des tarifs commerciaux".

C'est la zone d'ombre. Comment calculer le prix à rembourser ? "C'est une coutume, il n'y a pas vraiment de règle", explique le député apparenté PS de l'Aisne, René Dosière. Ce spécialiste des finances publiques avait interrogé François Fillon en 2011. "Le Premier ministre a effectué sept déplacements privés avec la flotte gouvernementale pour une durée globale de vol de 13h05, correspondant à un remboursement de 6955,70 euros", avait répondu six mois plus tard Matignon.

Valls ne prend pas exemple sur Sarkozy

La question des déplacements dans des avions de la République déclenche régulièrement des polémiques. En 2011, Nicolas Sarkozy s'était rendu, avec le Falcon gouvernemental, à New York pour passer le week-end avec son fils, Louis. Il avait remboursé le prix du voyage.

Manuel Valls aurait pu l'imiter avant même que l'on ne découvre que deux de ses enfants l'accompagnaient à cette réunion de travail au stade olympique de Berlin. Le Premier ministre a préféré camper sur sa ligne de défense: il s'agissait d'un déplacement professionnel. "Il n'y a rien d'illégal dans cette affaire mais c'est une faute politique", juge René Dosière. Une faute commise par un des politiques les plus rompus aux impératifs de la communication politique, lui qui fut le "Monsieur com'" de Lionel Jospin lors de son passage à Matignon. Une faute commise alors que les Français tirent la langue dans un contexte de chômage galopant.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/aller-retour-a-berlin-la-faute-politique-de-manuel-valls_1688111.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eurynome
Baron
avatar

Messages : 1438
Date d'inscription : 30/10/2012

MessageSujet: Re: Manuel Valls à Berlin   Sam 13 Juin - 16:05

Comme dit l'article, une "affaire" qui aurait pu s'éteindre en une journée mais qui a pris de l'ampleur (médiatique) à cause de maladresses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Manuel Valls à Berlin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Denis Favier, conseiller de Manuel Valls
» Juan Manuel Fangio
» Manuel VALLS 1er ministre
» Manuel VALLS, nouveau MININT - Parcours, paroles, décisions...
» La fin de l’entente cordiale entre François Hollande et Manuel Valls?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Duché de Montmirail :: Débats :: Actualités-
Sauter vers: